Site icon L'Atelier de JP

L’Olympus AF-1

L’Olympus AF-1 est un point and shoot sorti en 1986 et fabriqué jusqu’en 1992.

Il est le successeur du XA, très connu lui aussi pour sa compacité mais tout manuel, et l’ancêtre du Mju. Solide filiation s’il en est.

A sa sortie, il fut reconnu comme un des appareils les plus avancés de son époque : tout automatique et traité weatherproof)

Lui aussi est résistant à la pluie, la poussière et le sable (weatherproof ne pas confondre avec waterproof, qui veut dire étanche à l’immersion). Vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas le glisser dans un sac ou une (grande) poche

Son objectif est un Zuiko de 35mm ouvrant à f1:2,8 4 éléments en 4groupes réputé pour ses qualités. Cet objectif est protégé par un écran qui assure aussi la mise sous tension ou la fermeture de l’appareil. La mise au point minimale est de 0,75 m jusque l’infini.

Cet objectif est le même que celui, reconnu, installé sur le XA (l’ancêtre) en 1979 et ensuite sur le Mju (le petit fils) en 1997. C’est dire ses qualités !

Les vitesses programmées vont de 1/30s à 1 /750s, ce qui est appréciable, notamment avec les films rapides. La plage d’obturation est de f1:2,8 à 1/30s et f1:13,5 à 1/750s. Reconnaissance automatique de la pellicule chargée (codage Dx) de 50 à 3200 Iso/Asa, mais vous ne pouvez pas modifier les Asa/Iso reconnus par l’appareil.

Son flash est ultra rapide et automatique. Personnellement, j’aurais aimé qu’il soit débrayable, je n’aime pas les coups de flash intempestifs. Le module de mesure de l’exposition est celui qui équipe aussi l’OM-40. Celui-ci est basé sur l’utilisation de deux cellules placées sous l’objectif. L’une effectue une mesure spot, l’autre, une mesure intégrale. Un programme compare le résultat des deux mesures et juge suivant la différence, si le flash doit se déclencher automatiquement. Le système gère très bien les contre-jours pour les sujets centrés et donne une excellente utilisation du fill-in.

Ensuite, il y a un retardateur électronique de 12 secondes, ce qui vous permet amplement de courir vous mettre en place …

Le cadre est collimaté et un indicateur vous prévient quand le flash est prêt. Une zone, au milieu du viseur, vous indique l’endroit où se fait la mise au point. Un indicateur LED orange situé dans le coin supérieur gauche du cadre du viseur clignote lorsque l’autofocus a été activé. Une petite touche, à l’arrière, appelée « focus lock » permet de verrouiller la mise au point. De nos jours, il suffit d’appuyer sur le déclencheur à mis-course pour le même résultat, mais pour cet appareil, c’était déjà assez révolutionnaire (à défaut d’être pratique à mettre en œuvre).

Un indicateur LED rouge de batterie faible, situé dans le coin inférieur droit de l’écran du viseur, indique que la batterie de l’appareil est presque épuisée et doit être remplacée. La LED rouge peut également clignoter lorsque l’appareil photo est exposé au froid, immédiatement après l’ouverture du volet de l’objectif ou après l’activation du flash automatique

Il est léger même si un peu plus massif que le Mju; il est sensiblement de la même taille que le Ricoh FF-70. La prise en mains est agréable et il est possible de le mettre en œuvre à une seule main. Ceci étant, ce genre d’appareil est économe en pile (ici une CR-P2) et il vous autorise plus de 15 films de 36 vues, avec déclenchement du flash à chaque photo. Donc, si vous êtes en sortie, laissez le en position allumé, il n’y a pas de mise en veille comme sur les appareils avec batteries.

Je vous ai trouvé une petite vidéo de présentation de l’appareil

Quelques sites de références : https://www.imagingpixel.com/p/olympus-af-1.html, https://camerapedia.fandom.com/wiki/Olympus_AF-1, https://www.35mmc.com/15/06/2016/olympus-af-1-twin-review/ en anglais, http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-11644-Olympus_AF-1.html en français.

Quitter la version mobile