Site icon L'Atelier de JP

Dacora Super Dignette

Cet appareil, c’est un ex-collègue qui me l’a cédé (merci Alain). Il lui venait de ses parents et lui-même s’en était servi quelques années.

Il est en très bel état et je vous avoue que je ne connaissais par du tout ni le modèle ni la marque;

En fait, la Dacora Kamerawerk était une société allemande fondée en 1946 par Bernard Dangelmaier Installée à Reutlingen et Munich, elle cessa son activité en 1972.

Dacora produisit des appareils qui furent commercialisés comme Ferrania en Italie, Lumière en France et au Royaume-Uni sous la marque Ilford entre 1959 et 1969. Les modèles produits sont par exemple le Ilford Sportsman, l’équivalent de la Dignette (en 24×35) et le Ilford Sporti (en 120 ou 127). La société a produit plus de 2 millions d’appareils en 25 ans d’existence, sous sa marque ou les autres citées.

La gamme Dignette commença en 1955. Elle évolua (peu) jusqu’en 1964 et elle était représentative de l’appareil d’entrée de gamme de l’époque (à rapprocher du Voigtländer Vittoret que je présentais il y a peu de temps). Un appareil avec un viseur simple, avec lequel il faut estimer la distance (pas de télémètre), un objectif 45mm ouvrant à f2,8 et avec un obturateur Prontor qui atteignait le 1/300s au plus rapide de la production.

Puis vint la Super Dignette … un certain goût du « luxe » !

Le modèle que je vous présente ici a vu le jour en 1960 et fut produit jusqu’en 1963.

Quelques spécifications techniques :

Du grand classique pour les appareils de milieu de gamme de ces années là.

A noter, la tirette pour réarmer, discrète, au dos de l’appareil, mais surtout,le bouton déclencheur, situé sur la face avant, près de l’objectif.

Cette position un peu particulière est surtout destinée, selon le constructeur, à réduire le risque de bougé car on presse le bouton vers la face avant (vers soi) lors du déclenchement, au demeurant, très discret.

Sa forme, qui hésite entre le rectangle et l’arrondi est appelée « boxer » et elle évoluera un peu vers un modèle plus « carré » vers la fin des années soixante.

Pour le charger, il faut pousser sur les deux extrémités du verrou, ouvrir le dos après avoir relevé la tige de rembobinage, glisser le film en repoussant la tige, tirer la languette jusqu’à la bobine réceptrice, armer une fois ou deux, refermer le dos et réarmer une fois : c’est prêt.

En résumé, un appareil un peu daté de nos jours mais qui a un certain charme. Sa simplicité le rend quasi indestructible, pour peu que vous préserviez sa cellule de trop de lumière (gardez le sac).

Et à défaut de vous en servir, il fera très bien dans une bibliothèque, comme objet de décoration « vintage ».

Quelques références : https://all-my-cameras.com/2016/10/21/the-dacora-super-dignette/, https://camerapedia.fandom.com/wiki/Dacora, https://camerapedia.fandom.com/wiki/Dacora_Super_Dignette#Super_Dignette_1960 en anglais, http://collection-argentiques.net/?cat=85, http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-1069-Dacora_Super%20Dignette.html, https://fr.wikibooks.org/wiki/Photographie/Fabricants/Dacora_Kamerawerk en français, http://www.optiksammlung.de/Diverse/DacoraSuperDignette.html en allemand

Quitter la version mobile