Site icon L'Atelier de JP

Nikon F60

Après les Nikon F 50 et F 65, voici le F 60

Chronologiquement, ce Nikon F 60 est le successeur du F 50. Introduit en septembre 1998 et jusqu’en mai 2001, il était destiné, lui aussi, aux photographes amateurs.

Comme d’habitude, la dénomination change un peu selon que l’on se trouve d’un côté ou l’autre de l’Atlantique : Nikon F 60 pour l’Europe et l’Asie, Nikon D60 pour les USA. Auxquels on peut ajouter un F 60 D et un N 60 D lorsqu’ils étaient dotés d’une fonction d’impression de date/heure (dos dateur).

Esthétiquement, ce que l’on peut retenir de fondamentalement différent, c’est que le nouveau venu reprend les molettes pour les réglages en lieu et place des boutons poussoirs du précédant.

Il sera finalement remplacé par le F 65 en 2001, qui sera proposé à l’époque au quasi même prix.

Ce Nikon F 60 est doté de la mise au point automatique, de deux systèmes de mesure de la lumière TTL (à travers l’objectif) et de programmes qui vont du tout manuel au tout automatique.

Bien que « entrée de gamme », il est fabriqué sérieusement : son corps est composé de polycarbonate et métal (squelette et baïonnette), disponible en bis-tons champagne-noir ou tout noir. Il est compatible avec la plupart des anciens objectifs Nikkor F, j’y reviendrai dans un tableau en bas de page.

Comme ses concurrents, mais en changeant les noms, il offre donc différents programmes :

Vous ne serez pas dépaysé si vous passez à l’argentique avec ce genre de boitier car il est très semblable aux appareils numériques d’aujourd’hui.

A ce sujet, il faut savoir que le reflex numérique Fuji S1 Pro, sorti en 2001, a été bâti sur la base de ce Nikon F 60. Les modifications ont porté sur l’ajout d’un écran LCD couleur, un compartiment pour la carte mémoire et un second pour la batterie. Comme quoi, « rien ne se perd, tout se transforme » eut dit Lavoisier !

Mais revenons à notre appareil encore argentique. Comme son prédécesseur, il garde la fonction « Time ». Rappelez-vous, celle-ci permet de garder l’obturateur ouvert aussi longtemps que besoin (première pression sur le déclencheur ouvre,seconde pression ferme) – un mode « bulb » moderne en somme ! Il garde aussi le suivi de l’autofocus en mode « sport ».

Par contre, il propose la prise en charge de 5 modes flash, y compris un mode « lent » pour éclairer le plus délicatement possible les scènes à faible éclairage.

C’est un appareil très léger, vous n’aurez pas peur de l’emmener même pour de longues balades, il sait se faire oublier.

Nikon a voulu avec ce F 60 renouer avec la tradition d’un appareil « simple » à comprendre, et contrairement au F 50, on en revient au « un bouton, une fonction ». Je vous avoue que, personnellement, je préfère ça. C’est sans doute aussi pourquoi je n’ai pas accroché avec les Pentax SFX ou PZ mais que j’adore le P 30.

Vous mettez la molette sur la fonction que vous voulez actionner et vous la modifiez, si besoin, avec la roue dentée

Son viseur est très confortable, avec des indications claires qui s’inscrivent avec des cristaux liquides sur fond jaune.

L’écran LCD reprend, bien évidemment, toutes les infos utiles pour la prise de vue

Cet appareil n’est pas sans défauts et si vous êtes un peu expérimenté, ils vont vous agacer. Par contre, si vous êtes quelqu’un qui veut prendre le temps de la découverte, c’est un appareil pensé pour vous.

Son autofocus est précis, tout comme la mesure d’exposition mais son moteur est lent. Considérez le plus comme un ré-armeur que comme un moteur à rafale.

Pour le reste, c’est comme d’habitude : chargement du film simplifié avec lecture automatique du codage DX (sensibilité), que vous pouvez modifier ensuite si besoin, rembobinage automatique en fin de film, possibilité de rembobiner anticipativement; mémorisation de l’exposition par appuis à mi-course sur le déclencheur; le flash est a extraction manuelle quand l’appareil vous signale que vous pourriez en avoir besoin, ou si vous voulez le « forcer » pour un fill-in.

En résumé :

Fonctionnement facile avec le sélecteur de mode d’exposition
Système AF avancé avec illuminateur d’assistance AF
Programme polyvalent (P) pour un contrôle entièrement automatique
Mesure matricielle 3D (avec objectif Nikkor de type D / G)
Flash intégré qui couvre jusqu’à un objectif de 28 mm
Capacité Matrix Balanced Fill-Flash
Programmes à 5 variantes
4 modes d’exposition : P = tout auto, S = vitesse, A = ouverture, M = manuel

Bon, soyons un brin chauvin : son grand concurrent de l’époque était le Canon Eos 300 (Rebel 2000 pour les USA) qui offrait 7 zones de mise au point, 3 modes d’expositions (centrale, pondérée, évaluative), le testeur de profondeur de champ, une télécommande, une synchro flash haute vitesse avec les flashs de la marque, etc.

Sinon, que penser de cet appareil ?

Je le préfère au F50 pour sa simplification d’utilisation. Et il ne lui manque rien pour réussir de bonnes photos dans la quasi majorité des situations.

Rappelons nous qu’il s’agit d’un appareil abordable mais Nikon n’a jamais renié la qualité au profit de la simplicité.

C’est un très bon appareil pour apprendre et progresser à son rythme.

Enfin, dernier argument, et non des moindres, son prix : comptez moins de 50€ avec un objectif (souvent le 35 – 80 de base). Ce serait dommage de ne pas en profiter.

les données techniques

  • Programme à usage général, système Vari-Program (Portrait / Paysage / Gros plan / Sport / Scène de nuit), modes Auto-Multi Program [P], Auto à priorité vitesse [S], Auto à priorité ouverture [A] et Manuel [M]
  • Vitesse d’obturation de 30s à 1/2 000s plus le mode « time » (le bulb d’avant mais contrôlé électromagnétiquement)
  • Mesure de l’exposition, qui fonctionne uniquement avec les objectifs Nikkor de type AF et AI-P, Matrice, pondérée centrale
  • Alimentation par une pile au lithium 3V CR123A
  • Dimensions (L x H x P) 148,5 x 96 x 69 mm
  • Poids environ. 575 g nu

Petite video d’illustration

Pour vous y aider à retrouver les objectifs compatibles, voici un petit tableau récapitulatif car ils ont beau dire chez Nikon que depuis 1959 la monture n’a pas changé, elle n’est pas toujours compatible :

source : compatibilité boitiers/objectifs Nikon

Pour le mode d’emploi, c’est par ICI.

Des références pour les curieux : https://wikimonde.com/article/Nikon_F60 , http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-12282.html en français, https://en.wikipedia.org/wiki/Nikon_F60, https://web.archive.org/web/20060820093739/http://www.nikonlinks.com/unklbil/bodylens.htm, https://web.archive.org/web/20060902093937/http://www.bythom.com/n65.htm, https://web.archive.org/web/20060907035240/http://nikonimaging.com/global/products/filmcamera/slr/1995-1999/f60/index.htm,https://www.kenrockwell.com/nikon/n60.htm en anglais

Quitter la version mobile