Site icon L'Atelier de JP

Minolta 5000 AF

Si vous vous en souvenez, l’histoire des reflex autofocus débute réellement en 1985 avec la sortie du Minolta 7000 AF.

Cet appareil est « une bombe » dans le petit monde du reflex, pourtant habitué aux surenchères technologiques : il est vraiment le premier reflex autofocus performant et efficace (l’appareil maitrise les automatismes devenus classiques et l’efficacité de l’autofocus). Il sera un immense succès commercial.

Mais il sera aussi vécu comme une trahison par les aficionados de la marque, car l’appareil inaugurait aussi une toute nouvelle baïonnette, qui les obligeaient à changer leur parc d’optiques, acquis patiemment au fil des ans.

Voilà la baïonnette A (ou Alpha), toujours utilisée par … Sony !

Pourquoi Minolta avait il du se résoudre à une telle extrémité ?

Si la réalisation du module AF n’avait pas été le plus difficile à réaliser, il fallait que l’appareil soit entièrement motorisé, y compris la mise au point via l’objectif. Dès lors, il fallait pouvoir loger les contacts électriques et la transmission mécanique destinés à l’objectif dans une baïonnette, parce qu’elle était la pièce la plus proche du plan film. L’ancienne monture de Minolta était très étroite. Toutes ces considérations ont imposé d’agrandir la baïonnette et de l’éloigner un peu du plan film initial.

Mais allez expliquer ça à un habitué de la marque qui a rangé quelques beaux cailloux dans son sac !

Si cette décision a fâché quelques uns, elle a fait le bonheur de beaucoup d’autres car ce premier reflex autofocus fut un coup de poker gagnant : non seulement l’appareil garantissait un plus grand nombre de photos nettes mais il proposait en outre des caractéristiques qui allaient réellement simplifier la vie des photographes, même « experts »

Voyons cela :

Et tant qu’à bousculer les habitudes, l’objectif « standard » n’était plus le traditionnel 50mm mais un zoom 35 – 70mm !

Fort de son succès, quelques mois après cette sortie, Minolta proposait un 9000 AF, destiné à séduire les professionnels (mais c’est une autre histoire)

Venons en à notre Minolta 5000 AF (ou Maxxum 5000 aux USA et α-5000 au Japon), qui fut la version « économique » du Minolta 7000 AF et donc une version simplifiée, sortie en 1987.

Tout en composés synthétiques, il est aussi alimenté par 4 piles AAA. Je m’arrête un moment sur l’aspect cosmétique de l’appareil car j’ai pu constater, déjà avec le 7000 AF que la « carrosserie » vieillissait mal : les plastiques se fendillent, les caoutchoucs se lassent aller et se décollent, leur belle couleur noire vire à un gris douteux. Vous le verrez sur les photos ici plus bas, celui que j’ai acquis, même s’il fonctionne toujours parfaitement, ressemble à une épave !

Ceci étant écris, que nous propose t’il, sachant qu’il est destiné aux amateurs et aux débutants ?

Ici, plus de mode »priorité ou de programmes « résultats ». Il est destiné à être utilisé en tout automatique ou en tout manuel, mais dans ce dernier cas, ce n’est pas top et, honnêtement, ça incite à repasser au tout auto.

Faciliter la vie du photographe amateur, par exemple lors du chargement du film, qui s’effectue presque tout seul (faut quand même déposer le film dans son logement et tirer un peu l’amorce), le réglage de la sensibilité de celui-ci se fait aussi automatiquement (lecture code DX).

Que nous propose t’il encore ?

Que penser de cet appareil ?

Je vous encourage à aller voir les exemples de photos prises par son truchement (voir ci-dessous) car il fait très correctement son travail, sans courir mais avec une bonne maîtrise des lumières.

Finalement, c’est ce qu’on lui demande et ce pourquoi il a été conçu, et il le fait bien.

Il est agréable à prendre en main, les premiers signes d’étude ergonomique sont visibles et facilitent sa manipulation (la poignée est large, le déclencheur tombe bien sous l’index, les réglages – même succincts – sont accessibles)

Tous les exemplaires que vous trouverez ne sont pas dans l’état de celui que j’ai reçu, heureusement. Avec son zoom de dotation, il vous servira fidèlement, c’est un Minolta dans le fonds !

Maintenant, mais c’est tout à fait personnel, je n’ai pas « accroché » avec cet appareil, ni avec son grand frère, le 7000 AF, alors que j’apprécie généralement les produits de la marque qui, si elle n’avait pas disparu, serait restée ma marque de prédilection (je vous ai déjà raconté la fin brutale de mon Dynax 7xi).

Parlons un peu prix. Vous devriez pouvoir en trouver autour des 25€ boitier nu et à moins de 40€ avec un objectif. Si c’est le cas et que vous cherchez un appareil facile et fiable, ne le laissez pas passer, il vous le rendra bien. Et l’offre en optique est large en plus d’être de qualité tant en Minolta qu’en fournisseurs tiers.

Quelques exemples de photo prises avec cet appareil LA

Une video d’illustration

Pour le mode d’emploi, en français, c’est par ICI

Des références : https://camerapedia.fandom.com/wiki/Minolta_5000, https://camerapedia.fandom.com/wiki/Konica_Minolta en anglais, http://www.collection-appareils.fr/x/html/page_standard.php?id_appareil=11504, https://fr.wikipedia.org/wiki/Minolta_AF, http://www.mes-appareils-photos.fr/Minolta_5000.htm en français

Quitter la version mobile