Site icon L'Atelier de JP

Le Cosina CX5F

Retour dans la catégorie Lomography avec les ancêtres du Lomo LC-A.

Pour mémoire, le Cosina CX-1, suivi du CX-2 ont servi d’inspirateurs aux ingénieurs de Lomo pour sortir celui qui donnera son nom au mouvement lomographie.

Ces deux appareils ont eux aussi eu une descendance, directe celle-là, à savoir le CX-5 et celui qui nous occupe, le CX5F, qui seront suivi d’un CX7 ensuite.

source : http://camera-wiki.org/wiki/Cosina_CX5

Le Cosina CX5F est donc une version simplifiée du CX-5.

S’il reprend le principe du volet tournant et protecteur du viseur et de l’objectif, servant aussi d’interrupteur, il perd la mise au point pour devenir un fix-focus plus classique.

Son objectif reste un 33mm mais il ouvre maintenant à f5,6 au lieu de f3,8.

Enfin, sa sensibilité est moindre car il ne propose plus que le 100 et le 400 Asa.

Il semble que la cellule et le programme soit resté le même que sur le CX-5. La cellule est un CdS dont vous ne « verrez » le travail qu’à travers une diode rouge qui s’allumera parfois.

C’est un compact point and shot dont l’objectif est protégé par un bloc qu’il suffit de faire tourner à 90° pour « allumer » l’appareil. Ce bloc assure la protection du viseur et de l’objectif.

Il est de petite taille malgré l’ajout d’un petit flash, que l’on actionne à la demande. Et si vous regardez bien, il y a un petit curseur pour sélectionner les ASA (100 ou 400) mais ce petit bouton a une autre fonction, celle de modifier l’ouverture qui passe de f5,6 à f11.

Pour le reste, un déclencheur au dessus, une manivelle cachée dans le capot pour rembobiner, un compteur de vue et, en dessous, le petit bouton pour le moment où vous aurez fini votre film et voudrez le rentrer dans sa cartouche. Ah oui, un petit filet pour un trépied. Une molette crantée pour l’avance du film et sur la tranche, un loquet pour déverrouiller la porte arrière. Plus une petite trappe pour loger deux piles AAA, qui alimenteront le flash et la cellule.

C’est tout et amplement suffisant pour faire des photos !

L’objectif est un Cosinon de 33mm avec un obturateur central à une seule vitesse, le 1/100s. La mise au point minimale est de 90cm.

Le viseur est de type Galilée (visée simple sans marques de parallaxes) dans lequel une diode rouge s’allumera si la lumière est insuffisante et qu’elle vous recommande d’utiliser le flash d’appoint.

Voici l’appareil type que vous glisserez dans toutes les poches, peu encombrant et léger.

Il a été décliné dans une multitude de couleurs, du noir aux blanc, rouge, jaune et orange flashy !

Au début des années quatre-vingt (1983, date de sortie de l’engin) c’était monnaie courante (rappelez-vous les Konica Pop)

Si vous vous souvenez de l’histoire de Cosina, qui a fabriqué de nombreux appareils pour d’autres marques (Canon, Nikon Yashica, Petri, etc.) vous ne serez pas étonné de retrouver ce CX5F sous la marque Petri, le PX5F (se sont pas trop foulé pour le nom !). La même chose ayant été faite pour le CX-5 qui devenait un … PX-5 !

Celui que j’ai acheté a dû être nettoyé, simplement. Le cover à gauche, légèrement gaufré a perdu sa belle couleur crème pour devenir un peu orangé, mais bon, ça n’a jamais empêché un appareil de fonctionner et celui-ci déclenche, la cellule anime la diode rouge quand il manque de lumière, bref, tout va bien, sauf le compteur de vue, qui ne fonctionne plus mais ça n’a guère d’importance ! Je n’ai même pas dû changer les mousses d’étanchéité.

A côté du Lomo, il est un peu plus haut et long, normal me direz-vous, il est équipé d’un flash. Mais il reste contenu et léger, ce qui incite à le glisser dans n’importe quelle poche pour sortir.

C’est vraiment un appareil dans la lignée du Lomo, par sa conception et sa philosophie : simple, rapide à mettre en œuvre, qui donne envie d’appuyer sur le déclencheur, juste pour voir …

Ce n’est pas, à proprement parler, un appareil rare, mais il fait son petit effet, très années quatre-vingt. Et rien que pour ça, on a envie de lui faire prendre l’air et de l’essayer.

Comme le Lomo, il est très silencieux au déclenchement ou à l’avance du film. Son petit flash pourra être utile en cas de luminosité trop faible. Il vous faudra juste prévoir un jeu de piles AAA pour ne pas être pris au dépourvu.

Un petit appareil sympa, à sortir pour le plaisir.

Une petite video d’illustration

Des idées de photos réalisées avec l’appareil ICI.

Quelques références : https://www.alessiapalermiti.it/blog/cosina-cx5f/ en italien, http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-10732-Cosina_CX5F.html en français, https://ameblo.jp/foto-pooh/entry-12669574775.html en japonais, https://www.cyberphoto.se/bloggen/2017/10/fotohistoria-cosina en suédois

Quitter la version mobile