Aller au contenu principal

Le Minolta Riva Zoom 7W

Honnêtement, je lui trouve un petit air d’Olympus Mju avec ses formes toutes rondes, sa couleur noire (même s’il existé aussi en argenté, « titane » qu’ils disent).

Même sa conception est fort proche …

Sorti en 1995, il reprend les caractéristiques que l’on attendait à cette époque : tout automatique, de l’armement au rembobinage, avec un petit flash intégré et automatique, débrayable si besoin, avec un zoom pas trop long mais efficace de 28 -70mm ouvrant à f3,5.

Il a un proche cousin, le Minolta Riva Zoom 70 (sans le W donc) qui propose un zoom moins étendu de 35 à 70mm. D’où le W de cet exemplaire pour Wide = large car il propose lui un vrai grand angle.

Ce zoom est composé de 4 lentilles asphériques en 4 groupes qui est net dès 50 cm (ou 40 cm en mode macro) et jusque l’infini.

Présenté en Europe sous le vocable de Minolta Riva Zoom 70W, il fut connu aux USA comme Freedom Zoom Explorer 70W ou au Japon sous le nom de Minolta Capios 25. Il sera remplacé ensuite par le Minolta Riva Zoom 75W qui avait, vous l’eûtes deviné, un zoom un peu plus long dans un boitier du même gabarit.

C’est, comme la plupart des appareils de cet acabit et de ces moments là, un boitier destiné aux familles (et il n’y a là rien de péjoratif), voulu simple, pratique et fiable.

La preuve, c’est que 30 ans plus tard, il fonctionne toujours.

Techniquement, l’objectif zoom de l’appareil photo est fixe. C’est avec un petit curseur que vous pouvez choisir les focales entre 28 mm et 70 mm. L’ouverture maximale est de f/3,5 à 28 mm et f/8,4 à 70 mm. C’est assez étonnant de caser une telle amplitude dans un corps aussi petit.

C’est l’appareil qui fait la mise au point automatiquement et il sera net, comme je l’écrivais plus haut, de 40 cm en mode macro ou 50cm en mode normal.

Tout est prévu pour faciliter la vie des utilisateurs : lorsque vous placez un film dans l’appareil, vous tirez la languette jusqu’à la marque de la bobine réceptrice, refermez le capot arrière et l’appareil charge le film. au passage, il aura « lu » le codage DX de la pellicule et réglé la sensibilité de la cellule (sensible de 25 à 3200 Iso). Ensuite, il réglera, sans votre intervention, la vitesse et l’ouverture selon les besoins de la photo envisagée.

Facile je vous disais …

D’ailleurs, le boitier propose différents modes d’exposition : le mode full auto, le mode macro, le mode paysage et un mode pour les portraits de nuit, dans lequel l’utilisation du flash permet de figer le sujet. Une fois le mode choisit, il le garde en mémoire jusqu’à ce que vous le modifiez ou éteigniez le Minolta Riva Zoom 70 W.

Puisque nous parlons du flash, il peut se déclencher automatiquement, être forcé ou désactivé. Il possède une fonction de prévention des yeux rouges, qui fait – comme d’habitude – ce qu’elle peut.

Comme je le disais en préambule, c’est un petit boitier, un peu épais, léger (240gr), tout en plastique comme on en fabriquait dans ces années-là. On l’a bien en mains, son côté « savonnette » le rend agréable à manipuler. Un pas de vis sous le boitier permet de le fixer sur un trépied le cas échéant.

L’œil de la cellule est positionné sur l’objectif ce qui permet d’utiliser des filtres (si vous en trouvez) qui se clipsent sur celui-ci car la mesure se fera dès lors en tenant compte du filtre utilisé.

Il faut être attentif à un petit détail : le Minolta fait la mise au point automatiquement grâce à un système de mesure active (infra rouge). Si cette méthode permet de travailler même « dans le noir » mais l’appareil va « patiner » si vous voulez faire la mise au point sur un miroir ou à travers une vitre.

Revenons un instant sur les focales choisies pour ce boitier très compact : un 28 – 70mm. Ce qui est, me semble-t’il, un choix judicieux. Ils ne sont pas nombreux les compacts de cette époque à commencer avec un grand angle comme un 28mm. Généralement, il s’agit d’un 35mm ou, plus courant encore, d’un 38mm. Si vous en souvenez, j’avais fait l’analyse du Fuji DL 500 Mini Wide qui proposait un 28mm f3,5 et ils n’étaient pas nombreux à proposer une telle ouverture (citons peut-être aussi le Fuji DL Mini Super, le Minolta TC-1). C’est donc un bon point, même si certains estiment que les images pourraient être plus piquées, mais il ne faut pas toujours tout comparer à nos appareils d’aujourd’hui. A l’époque, les photos issues de ce boitier ont fait le bonheur de bien des utilisateurs.

Remarquons encore que le zoom est marqué 28 – 50 – 70mm, pas 35. Petite bizarrerie mais finalement, on a un grand angle, pourquoi utiliser moins ?

Au niveau manipulation, pas de soucis, les boutons sont faciles à atteindre et à mettre en action. Le petit écran LCD, sur le dessus vous permet de voir quels modes sont sélectionnés mais avec un peu d’habitude, je suis persuadé que vous allez mémoriser rapidement la « séquence » des modes et que vous ne le regardez même plus.

La mise en route est discrète et assez rapide. Si vous avez besoin d’actionner le zoom, le viseur suit le mouvement, qui est lui aussi assez rapide et- surtout – peu bruyant, un plus.

Le couvercle qui masque l’objectif s’ouvre de lui -même lorsque vous enfoncez le bouton ON. Ce n’est pas le clapet qui met le boitier sous tension, comme sur l’Olympus Mju, le Trip 300 ou autres « inspirés » du Mju.

Les vitesses vont de 8s à 1/500s, ce qui autorisent quelques fantaisies, pour peu que vous ayez un petit trépied pour éviter le flou de bougé.

Pour terminer, sachez que si vous maintenez le doigt sur le déclencheur, celui-ci exécutera une « rafale » à 1,2 image/seconde. Pas mal pour faire une « petite séquence » si besoin mais qui videra vite votre bobine de 36 vues à ce rythme là !

Je reviens un instant sur le viseur qui, s’il semble petit, n’est est pas moins très clair et agréable. Il suit le mouvement avant ou arrière du zoom « en temps réel », ce qui est confortable. N’y cherchez pas d’indications sur la vitesse, l’ouverture, il n’y en a pas. Juste un rectangle au milieu pour indiquer la mise au point, que vous pouvez décaler en gardant le doigt à mi-course sur le déclencheur, et deux diodes (rouge et verte) sur le côté du viseur, que vous entrevoyez au moment de la prise de vue, indiquant que la mise au point est verrouillée et si le flash est nécessaire (diode rouge).

En résumé, un chouette petit appareil qui se glissera dans un tout petit sac à défaut de le faire dans une poche de chemise (il est un peu épais). Vraiment facile d’utilisation, il pourrait frustrer ceux qui veulent toujours avoir le contrôle sur tout mais ravira ceux qui désirent juste faire de bonnes photos sans prise de tête inutile, car il le fait bien.

C’est un petit boitier que vous devriez trouver pour 20€ maximum, en bon état.

Et c’est typiquement le type d’appareil que vous n’aurez pas peur d’emmener même dans des endroits « dangereux » pour préserver vos appareils plus coûteux. Il n’est pas traité « all weather » mais un minimum d’attention lui permettra de fonctionner partout.

Ah oui, n’oubliez pas d’emmener une ou deux CR123 avec vous, pas qu’il soit excessivement gourmand, mais sans une pile, rien de fonctionne.

Amusant de comparer les modèles de l’époque, dont les caractéristiques se tiennent dans un mouchoir …

https://i0.wp.com/collection-appareils.fr/gestion_catalogue/images/1558470658.jpg?w=695
source : Collection-appareils.fr, Camara Juillet 1998

Quelques données techniques :

  • Objectif : zoom motorisé Minolta 28-70 mm. Quatre éléments en quatre groupes. Max. ouverture f/3,5-8,4.
  • Autofocus de 0,5 m à l’infini, avec capacité macro de 0,4 à 1 m.
  • Autofocus actif à 3 faisceaux infra rouge
  • Exposition automatique avec des vitesses d’obturation de 2-1/500 s à 28 mm et 8-1/350 s à 70 mm.
  • Mémorisation de l’exposition par appui à mi-course sur le déclencheur
  • Avance du film : chargement automatique, enroulement et rembobinage du film codé DX (vitesses automatiques du film : ISO 25-3200).
  • Retardateur de 10sec
  • Rembobinage automatique à la fin du film ou manuel par pression sur le bouton ad hoc
  • Flash pop-up intégré, avec plusieurs modes. La portée maximale à 28 mm et 100 ISO est de 6 m.
  • Alimentation : un CR123/DL123A au lithium 3 V.
  • Dimensions : 121 × 66,5 × 44 mm
  • Poids : 240g

Une petite video d’illustration

Des exemples d’images ICI et LA

Quelques références : https://www.mes-appareils-photos.fr/Minolta-Riva-70W.htm, http://collection-appareils.fr/x/html/appareil-12567-Minolta_Riva%20Zoom%2070W%20.html en français, http://camera-wiki.org/wiki/Minolta_Riva_Zoom_70W, https://filmphotography.eu/en/minolta-riva-zoom-70w/ en anglais

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 51 671 visites
%d blogueurs aiment cette page :