Site icon L'Atelier de JP

Lee Miller, dans l’œil de l’Histoire, une photographe

J’ai rarement été aussi ému à la lecture d’une biographie, mais celle-ci m’a touché.

Trop souvent connue comme la muse de Man Ray, l’épouse de Penrose, elle fut, aux hasards de l’Histoire, et grâce à sa détermination, son esprit libre, son intelligence et sa créativité une des premières femmes photojournalistes, dans la plus pure acceptation du terme.

Mannequin, elle découvre l’envers du décor et se lance dans la photographie, avec les plus grands de l’époque.

Mais ces mondanités cèdent sous l’urgence de parler du monde, d’un monde qui se déchire, qui devient fou, celui d’une guerre impitoyable.

Elle a rendu compte de la vie sous l’occupation, au plus près du désespoir et de la volonté de s’en sortir. Sous les bombes à Londres, rendant compte du désespoir et en même temps de l’énergie des Londoniens dans cet enfer. Parcourant ensuite les plus grands théâtre d’actions de cette guerre interminable et cruelle pour témoigner de la douleur des gens, des petites gens …

Elle a vécu l’horreur de la découverte des camps mais elle n’a pas eu la chance que l’on comprenne les traumatismes que cela a provoqué en elle. Si elle n’a pas perdu son énergie, elle a perdu sa joie de vivre et s’est étiolée.

Je vous recommandé vivement la lecture de cet ouvrage et en même temps d’aller visiter le musée de la photographie de Charleroi (collections permanentes) pour y découvrir, en photos, les premières années de sa vie extraordinaire, dans le foisonnement des années trente, de ses rencontres incroyables avec les plus grands noms de l’histoire de l’art, de la littérature, de la photographie. Lee Miller, une femme extraordinaire, vraiment.

Lee Miller, dans l’œil de l’Histoire, une photographe, Carolyne Burke, éd. Autrement, ISBN 978-2-7467-1007-8.

Quitter la version mobile