Depuis le début du printemps, vers 5h00 du matin, comme disait Joe Dassin, « un orchestre à mille cordes » nous réveillent dans une joyeuse cacophonie de chants d’oiseaux.

Et franchement, c’est bien plus agréable que le radio-réveille, quoique lui, il est chargé de le faire à … 6h30 !

Depuis que nous avons installé un « parc pour oiseaux » – soit une pièce d’eau, des mangeoires – nous nous amusons à les reconnaître et nous comptons au nombre de ces hôtes chantants des merles, des pics épeiches, des tourterelles, des pigeons, des geais, des sittelles torchepot, des mésanges, des rouges-gorges, des bouvreuils, des pics verts, des geais, …

Bref, tout un petit monde bien agréable et nul besoin de volière indigeste pour partager le plaisir de les voir.

Mais pas facile de les capturer avec le 75 300 mm monté avec le doubleur de focale soit un 600mm à bout de bras. Parfois, je tremble plus que ce que peut compenser le stabilisateur !