Le Canonet 19 QL GIII

N’étant pas spécialiste, je préfère vous renvoyer auprès de personnes qui ont les compétences et me borner à vous donner mes impressions, toutes subjectives, celles que l’on peut expliquer parce qu’on a eu l’appareil en mains. En bas de page, vous trouverez les adresses utiles.

Le Canonet QL 19 G3 est apparu en 1972, en remplacement du QL 19, sorti moins d’un an avant lui.

QL pour « quick load », à savoir un système tout mécanique assez génial pour charger sa pellicule sans soucis et en épargnant quelques précieuses vues : vous tirez un peu de film, jusqu’à un repère orange, vous vérifiez d’être bien au dessus des roulettes d’entrainement et … vous refermez le dos de l’appareil, armez deux ou trois fois en vérifiant la petite fenêtre au dos et si le porte bobine, à gauche, tourne, c’est bon ! Plus facile qu’un Leica M5 avec sa bobine en corolle…

Et « G III » pour grade trois, ce qui correspond à la troisième évolution du New Canonet.

Pour terminer avec les explications du nom, 19 signifie l’ouverture maximale de l’objectif (de même, vous aurez compris que le Canonet 28 ouvre à f1:2,8, le Canonet 17 ouvre à f1:1,7 … facile pour s’y retrouver !).

C’est un appareil bien équilibré, joli avec sa robe bi-tons, métal et noir (il a existé en noir, mais ils sont rares et … chers). Pas beaucoup de plastic là-dedans. Si nous le comparons au Yashica Electro 35 et Minolta Hi-Matic, de la même époque, ce n’est pas le plus grand mais vous ne pourrez pas le glisser dans une poche non plus (ce qui serait dommage, on ne le verrait pas !). D’ailleurs avec près de 620 gr, il déformerait votre poche.

Il est facile à utiliser, soit en mode tout auto, soit tout manuel. L’avantage est que la pile ne sert qu’à alimenter la cellule et donc en cas de pile usagée, vous pouvez continuer à faire des photos. C’est rassurant. Au sujet de la cellule, elle est sensible au changement de voltage (1,35 V à l’origine). Donc si vous mettez des LR 44 de 1,5 V il aura tendance à surexposer; pensez à corriger (via la sensibilité du film par exemple).

Ce Canonet QL 19 G 3 se place juste en dessous du QL 17 G 3. La seule différence de ce dernier tient dans l’optique qui est un 40mm ouvrant à f1:1,7. Mais le prix du second semble inversement proportionné à cette petite différence : en 2019, un 19 se négociait aux alentours de 50€, en parfait état, alors qu’il fallait compter entre 90€ et 100€ pour un 17 dans le même état (et je ne parle pas de la version noire du 17 qui dépasse souvent les 200€).

Donc, si vous voulez vous faire plaisir avec un bon appareil télémétrique abordable, cherchez plutôt un Canonet QL 19 G 3.

Franchement, c’était un appareil attachant. A part y mettre une nouvelle pile (une LR 44 à tout faire) et changer les mousses devenues collantes, je n’avais rien dû bricoler pour l’emporter en balade.

Juste un petit soucis : la fenêtre du télémètre était « voilée » mais ça n’empêchait pas de viser (télémètre très correct) et faire de belles photos, même par temps (très) couvert, voire en début de soirée. Grâce notamment à un objectif de 45mm assez lumineux (f1:1,9).

Cependant, je l’ai revendu (après avoir nettoyé la fenêtre de visée – très facile à faire sur ce genre d’appareil, enfin surtout grâce aux explications de ce site de référence : http://www.suaudeau.eu/memo/index.html et 35mm-compact.com/compact/canonetql17g3.htm).

Si vous voulez en savoir plus, je vous recommande les excellents sites 35mm compact (http://35mm-compact.com/compact/canonetql19.htm) et https://www.filmisundead.com/test-avis-canonet-ql-19-canon/.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.