Aller au contenu principal

Pentax ME et Pentax ME Super

Petit clin d’œil à mon ami Pascal (qui se reconnaîtra) car pour une fois je vais vous présenter un Pentax.

Deux en fait, l’un étant la suite de l’autre : le ME est sorti en 1976 et le ME Super en 1979, pour lequel je consacrerai un second article . Lors de la sortie du ME (semi-automatique), Pentax a aussi sorti le MX qui est lui complètement manuel.

Mais commençons par le commencement et parlons donc de ce Pentax ME.

Un peu de technique, pour mieux cerner l’engin : c’est un réflex semi-automatique, considéré à l’époque comme un « entrée de gamme » qui utilise le système que vient d’inaugurer Pentax pour ses montures, la fameuse monture K. En outre, avec le ME, Pentax a introduit la série SMC Pentax-M d’objectifs compacts.

C’est un appareil à priorité à l’ouverture. Le choix du diaphragme entraîne le calcul d’une vitesse d’obturation. Il n’y a pas de mode manuel, il est donc impossible de sélectionner soi-même une vitesse. Vous pouvez juste sélectionner, autour du déclencheur, 4 modes : A (mode automatique), 100 x (vitesse de synchro et vitesse mécanique fonctionnant sans pile), B (pose) et L (Lock qui bloque tout). Le posemètre n’est activé que sur la position A.
Dans le viseur, la vitesse calculée par le posemètre est indiquée par l’allumage d’une DEL en face de la vitesse sur une échelle. Il y a un repère de sur-exposition et un de sous-exposition.

Son obturateur est à plan focal vertical, métallique, capable de fonctionner de 8s à 1/1000s plus une pause B. En cas de panne de pile, il est toujours possible de photographier au 1/100s. La synchronisation du flash se fait aussi au 1/100s.

Sa dotation comprend encore un retardateur (délai variable de 4 à 10 secondes.), la possibilité de monter un moteur externe en option, une prise pour un câble de déclencheur à distance, un compteur de vue automatique. Il y a un correcteur d’exposition de +/- 2 diaphragmes. Il y a un « indicateur d’obturateur » prêt : point rouge sur le dessus de l’appareil photo sous le sélecteur de mode, qui devient noir après avoir été déclenché et rouge lorsqu’il est prêt à déclencher.

La cellule est de type photodiode TTL au gallium, pondérée central, sensible de 12 à 1 600 ISO

L’appareil possède un beau viseur de 0,97 ×, qui couvre 92% du champ. Au centre du viseur vous remarquerez un « anneau de microprisme », soit un rond brisé entouré d’une surface que l’on dirait granuleuse (un stigmomètre). Le but, lors de la mise au point, est de faire coïncider les deux demis-ronds, ce qui assure la netteté de l’image. La vitesse d’obturation choisie par l’appareil photo est affichée dans le viseur, mais pas l’ouverture. En fait, ce petit « entrée de gamme » possède un des plus grand viseur, toute marque confondue, ce qui est assez extraordinaire et il faudra presque attendre les viseurs 100% pour le dépasser !

Enfin, il existait en finition chromée ou noire, et une édition limitée appelée ME SE qui a eu un revêtement en cuir marron avec la finition chromée.

Il a été suivi en 1979 par le Pentax ME Super plus avancé et le Pentax MV moins cher.

Ce qui frappe d’emblée avec cet appareil, c’est sa taille réduite. Je pense qu’il fait jeu égal avec les Olympus OM . Et l’on comprend alors pourquoi Pentax a, en plus, fabriqué une gamme d’objectifs très compacts, qui seront les compagnons parfaits du ME.

A propos des Olympus OM, je pensais en trouver un pour faire le comparatif mais mon ami Fred, de chez Histoires de photo, a eu l’excellente idée de vous en présenter un en essai, que vous trouverez ICI avec comme à sa bonne habitude des conseils éclairés sur les pellicules qui vont le mieux avec ces appareils.

Ceci dit, compact ne veut pas dire léger, même si l’appareil ne fait que 460gr tout nu, il donne une bonne impression de poids, gage de stabilité lors des prises de vues. Ici il n’y a pas beaucoup de plastique, mais du bon métal, qui assure la longévité de l’ensemble, et sa solidité.

Dans l’ensemble, c’est un appareil bien fini (mais comme on en faisait dans les années septante). Celui que j’ai acheté dans un vide grenier ce matin a juste un petit soucis au niveau du cuir de recouvrement, un petit coin se décolle, rien de grave. Je devrai sans doute aussi changer la mousse du miroir mais là encore, rien d’important.

Ensuite, chez Pentax, on a voulu cet appareil facile d’utilisation, d’où le choix du semi-automatique (qui en fait reste en automatique tout le temps, sauf quand vous avez oublié de mettre de nouvelles piles !) et de cette astuce appelée les « aiguilles ou baguettes magiques ».

De quoi s’agit-il ? La hantise de nombreux amateurs était de ne pas accrocher correctement leur film dans l’appareil. Et donc, quasi tous les constructeurs se sont lancé dans des artifices pour faciliter la vie de ces photographes : Canon avec le QL pour quick load p. ex. et Pentax avec ses « aiguilles magiques » qui sont en fait des fines lamelles en plastique qui entoure la bobine réceptrice : on glisse l’amorce entre deux lamelles de plastiques et le film est aussitôt accroché. Plus d’angoisse ni de crise de nerfs avec des bobines réceptrices capricieuses aux encoches mal fichues ou aux ressorts facétieux.

Cet appareil est monté d’un étonnant 28- 50 mm f3,5 – f4,5, de la gamme SMC, donc la gamme compacte dont j’ai parlé plus haut.

Voilà, j’ai remis deux LR44 à tout faire dedans, pointé l’objectif vers le dehors et tout fonctionne, 44 ans après sa sortir d’usine !

Je vous avoue que pour moi c’est une chouette découverte car je ne connaissais pas du tout cet appareil.

Franchement, je vais essayer de faire quelques photos avec pour voir ce que cela donne.

Une petite video de présentation (en anglais) :

Quelques références, comme d’habitude : https://en.wikipedia.org/wiki/Pentax_ME, https://www.kenrockwell.com/pentax/35mm/cameras/me.htm, https://casualphotophile.com/2015/10/12/pentax-me-camera-review/ en anglais, http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-2019-Pentax_ME.html, http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-1073.html, https://pentaxklub.com/pentax-argentiques-3-mx-me-lx/ en français

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 26 521 visites
%d blogueurs aiment cette page :