Aller au contenu principal

Les pockets

Aujourd’hui méconnus, voire méprisés, ces appareils ont accompagné nombre de familles, d’enfants dans leurs activités ludiques (vacances, camps de jeunesse), familiales (portraits, évènements), artistiques (expérimentations).

Des photographes aujourd’hui célèbres les ont revendiqués dans leur démarche, tel Bernard Plossu dans son Paris-Matic 1970 – 1990 qui disaient :  » Photos faites à l’Agfamatic, « pour enfants » c’est-à-dire d’une « technique enfantine »… Rien à régler, on met juste sur le petit dessin de nuages ou de soleil. Un rêve I Et en fait d’enfantin, ce sont les appareils les plus révolutionnaires I Pensez, il n’y a même plus à régler, il suffit d’appuyer : on peut photographier avant même qu’on ait eu le temps de se demander si on allait prendre la photo ou pas ! On n’a même plus le temps d’hésiter Plus rapide que du reportage ! »

Il me semblait dès lors impossible de faire l’impasse sur ces appareils.

Que je ne citerai pas tous, tant il y eu de variantes, déjà dans les marques historiques telles Kodak (qui l’a inventé) ou Agfa (qui en fit un cheval de bataille), en passant par Canon, Fuji et tant d’autres plus ou moins exotiques (Hanimex p.ex.).

Bienvenue au pays des appareils de poche.

%d blogueurs aiment cette page :