Aller au contenu principal

Le Praktica MTL 5

Si l’on parle souvent de la déferlante des appareils nippons des années septante et quatre-vingt, qui a (presque) tout balayé sur son passage, il ne faudrait pas oublier les Praktica, fabriqués eux en Allemagne de l’Est (Dresde).

A la fin des années soixante, le géant des fabricants d’appareils photo est-allemand – je cite Pentacon, un conglomérat de plusieurs marques – a créé une gamme de reflex robustes et simples, qui ont fait le bonheur de plusieurs générations d’apprentis et de photographes.

Je vous ai présenté les Praktica LLC, Super TL 3, MTL3 et aujourd’hui le MTL 5.

Les MTL 3 et 5 ont été suivis par le MTL 5B en 1985 et, quelques mois plus tard, par le MTL 50, le dernier d’une longue lignée d’appareils photo Praktica utilisant la monture d’objectif M42. Quelques 35 ans après l’arrêt de la production, le MTL 50 est toujours un outil très utile pour tous ceux qui souhaitent se (re)lancer dans la photographie argentique. Les essais de ces appareils suivront sous peu.

Et je clôturerai ma découverte de ces boitiers par le BX 20, qui abandonne la célèbre monture visante M42 au profit d’une baïonnette, hélas propriétaire (même si une bague d’adaptation permettra d’utiliser les anciens objectifs).

Une des caractéristiques stylistiques de ces boitiers (hormis le dernier cité) c’est qu’ils … se ressemblent tous ! A part quelques petits détails cosmétiques, la robe reste quasi la même pendant près de 25 ans. Seules les « entrailles » changent au fur et à mesure des avancées technologiques.

Car il y en eut, que vous découvrirez dans les articles cités plus haut sur les différents boitiers déjà vus.

Le MTL5 est une évolution du MTL3, vieux de 5 ans au moment de sa sortie. La différence la plus évidente est le remplacement du revêtement en tablette de chocolat par un gainage lisse, de meilleur aspect, quoique les goûts et les couleurs …

Pourquoi dédaigne t’on ces appareils ? Sans doute la réputation des produits de l’ex bloc soviétique a t’elle précédé ces boitiers simples et robustes, faits pour durer et fonctionner même dans les pires conditions. Un seul exemple de ceci me vient à l’esprit : l’obturateur à lamelles métalliques, pas vraiment discret lors du déclenchement mais incroyablement fiable. Je pourrais aussi ajouter le fait qu’ils fonctionnent pour la plupart avec des piles, qui alimentent les cellules, mais en cas de panne de celles-ci, il est toujours possible de prendre des photos en passant au tout manuel. Ces boitiers étaient prévus pour travailler dans des fourchettes de températures allant de -10°C à + 40°C. Fiables vous disais-je …!

Pourtant, au fur et à mesure que les photographes amateurs, qui en avaient fait voir de toutes les couleurs à leurs valeureux boitiers, se perfectionnaient, ils les abandonnaient au profit des appareils japonais, devenus concurrents, plus « sexy » et généralement en matériaux composites dès la fin des années septante, début quatre-vingt.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écris : les appareils japonais n’étaient pas plus fragiles, dans des conditions normales d’utilisation.

Bref, en 1983, sortaient des chaines de production le MTL 5. En 1986, il sera remplacé par le MTL 5B, puis le MTL 50 au tournant des années nonante. Environ 574 000 exemples ont été construits avant son remplacement

Que nous propose ce Praktica MTL 5 ?

  • la mise au point est manuelle
  • son obturateur à plan focal à rideau métallique et déplacement vertical permet des vitesses de 1s à 1/1000s avec une synchronisation du flash au 1/125s, plus pause B, et il y a toujours la possibilité d’utiliser des anciens flashs à lampe (position 1/30s) – symbole d’une ampoule
  • sa cellule, alimentée par une PX 625 est à prépondérance centrale
  • réglée pour des sensibilités de 12 à 1600 Iso
  • la mesure de la lumière est TTL (c-.à-d. à travers l’objectif)
  • et vous actionnez cette mesure en appuyant sur un levier placé au dessus du déclencheur
  • posé lui aussi en façade du boitier
  • sa monture est à viser, au standard M42
  • il possède un retardateur de +/- 10 secondes
  • la mise au point se fait grâce à un stigmomètre (rond brisé) entouré de microprismes et d’un cercle en dépoli
  • le viseur est clair, avec juste une aiguille oscillant entre trois repères qui renseigne l’opérateur sur la qualité de l’exposition en fonction de l’ouverture du diaphragme, de la vitesses affichée et de la sensibilité de la pellicule

En résumé, que retenir de ce Praktica MTL 5 si vous en trouvez un ?

Tout d’abord, assurez-vous que ce soit bien un MTL 5 !

Eh oui, même moi je me suis fait avoir comme un bleu et ce n’est qu’en rédigeant un article qui paraîtra sous peu que j’ai découvert l’astuce. En effet, en Angleterre, le Praktica Super TL 1000 est re badgé MTL 5 par la pose d’un autocollant et si vous avez bien regardé les photos de mon « MTL 5 » il arbore cet autocollant et, surtout, quoique je l’aie écris dans les caractéristiques techniques, il ne possède pas de retardateur … comme le Super TL 1000 !

Et en plus, comble de la filouterie, cet appareil, acheté via Ebay, vient de la perfide Albion !

Donc, un vrai Praktica MTL 5 doit avoir son nom gravé et écris en noir sur la droite du couvercle supérieur et, surtout, il doit avoir un retardateur en façade.

Ceci étant, hormis le retardateur, les deux appareils sont similaires pour leurs autres caractéristiques

Ceci étant, je trouve qu’il est l’archétype du reflex, tel qu’on le concevait des années septante à quatre-vingt. Vous pouvez le comparer, en terme de formes, au Minolta SRT, au Canon FTB, au Nikon F, par exemple.

Il n’est pas le plus léger mais ce poids (relatif) le rend stable et facile à prendre en mains. Une bonne sangle de tour de cou est toujours à privilégier cependant.

La panoplie des objectifs compatibles est assez extraordinaire, la monture M42 étant considérée, en son temps, comme « universelle ».

Avec lui vous prendrez vos marques sans vous compliquer la vie, tout est à portée de main. Et si le déclencheur, posé sur la face avant, semble mis là étrangement, vous trouverez vite vos habitudes et remarquerez que c’est parfois un atout car vous aurez moins tendance à faire bouger l’appareil en appuyant dessus. Mettez votre main gauche sous l’objectif, portez le à votre œil et vous trouverez le bouton naturellement.

Les commandes sont « viriles » sans être dures; disons que l’on sent ce que l’on fait comme manœuvres : armement, déclenchement, pas d’hésitations à avoir.

Quant au bruit de l’obturateur, un « clong » bien net, il ne vous gênera pas dans la rue ni dans un concert de hard métal norvégien mais évitez les concours de chant !

Pour moi, c’est l’appareil « vintage » par excellence.

Un mot sur la pile, normalement une PX 625 au mercure, remplacée avantageusement par une PX 625 A (pour alcaline) ou une LR44 entourée d’un joint torique à laquelle vous aurez ajouté deux rondelles métalliques (ou, plus raffiné, une LR 44 dans un adaptateur que vous trouverez facilement sur le Net). Ça fonctionne très bien.

Réutilisable à l’envi, cet adaptateur accepte les LR44 (1,5v) et les piles Zinc-Air de 1,3v parfois mieux adaptées à certains appareils plus sensibles au différence de voltage (le Canonet QL 17 G III p. ex.)

Son prix est l’autre argument intéressant : vous pouvez en trouver sous les 50€ avec un objectif 50mm. Il faudra peut-être changer les mousses (mais faites un film test avant car ils sont généralement bien étanches) sous les 50€ mais ce n’est absolument pas une opération difficile (moins d’une demi-heure, nettoyage compris).

Si vous avez envie de (re)trouver les sensations de l’argentique simple et efficace, lancez-vous sur la trace des amateurs qu’ont peut-être été vos parents, voire grands-parents (et si c’est le cas, regardez dans leurs tiroirs, il y en a sans doute un qui traine là).

Petite video d’illustration

pour bénéficier de sous-titres dans votre langue, aller sur paramètres, cliquez sur « anglais généré automatiquement », puis traduire automatiquement et choisissez parmi celles offertes

Pour le mode d’emploi, c’est par ICI e par LA (avec traduction en 3 langues dont le français)

Des références : https://camerapedia.fandom.com/wiki/Praktica_MTL_5, http://www.praktica-collector.de/209_Praktica_MTL5_PI.htm, https://www.blendernation.com/2020/12/18/behind-the-scenes-film-slr-praktica-mtl-5-model/, https://www.imagingpixel.com/p/praktica-mtl-5b.html, https://kosmofoto.com/2014/12/praktica-mtl-slr-review/ en anglais, http://www.collection-appareils.fr/x/html/page_standard.php?id_appareil=12684, http://benber.fr/revue-express-praktica-mtl3/ en français

2 réponses »

  1. Si je ne m’abuse, le Praktica MTL5 est encore prisé par une partie des jeunes adeptes de la photo argentique. On voit passer pas mal de portraits avec cet appareil sur Instagram. Belle fiche détaillée JP. Un régal à lire.

    • Merci Fred, oui, les Praktica sont de vénérables et véritables appareils école, le MTL 5 étant un « chouchou », quoique les autres (et ils se ressemblent beaucoup) n’aient pas à rougir.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 17 435 visites
%d blogueurs aiment cette page :