L’avant dernier acheté à Soignies le 3 avril 2022. Un petit appareil coincé dans une belle pochette trop petite pour lui : si je n’avais pas été attentif, en l’extrayant, j’aurais pu arracher son protège objectif- interrupteur.

Il est propre, le compartiment pile pas oxydé mais celle qui est dedans est HS, impossible de l’essayer. Brève négociation à ce sujet et je l’emporte, je verrai bien à la maison.

C’est un petit compact assez typique de la fin des années nonante (1999) et qui, manifestement, est assez recherché.

Connu comme Infinity Accura 140S aux USA, il a, en fait, les mêmes spécifications que l’Olympus Mju 140S qui avait déjà fait chavirer quelques photographes amateurs.

Outre sa simplicité d’utilisation – j’y reviendrai – il propose un zoom de 38 à 140mm (de f4 à f11) qui, s’il n’est pas le plus grand, est assez étonnant. En effet les ingénieurs nippons ont réussi à caser 10 éléments optiques en 8 groupes dans cet assemblage très compact mais qui s’étire, s’étire …

Vous pouvez suivre ses va-et-vient dans le viseur, qui affiche des repères bien utiles pour éviter les erreurs de cadrage, surtout en gros plan. Ah, un truc que j’aime bien, le viseur est équipé d’une correction dioptrique.

Bon, pour le mettre en batterie, il suffit de faire coulisser le clapet qui protège l’objectif et inversement pour le refermer, mais laissez lui le temps de rentrer l’objectif.

Il est bien sûr tout automatique – je citais sa simplicité d’utilisation : dès l’installation du film, dont il lit le codage DX pour régler sa cellule (sensibilité des films), qu’il accroche à votre place et fait avancer à chaque vue prise.

Le petit flash intégré se déclenche automatiquement mais vous pouvez le débrayer si besoin.

Si vous le jugiez utile, il existait une commande à distance infra-rouge (la RC300), ainsi qu’une pochette de transport mais Olympus fournissait la dragonne qui permet de le porter au poignet ou autour du cou.

Je pense avoir fait le tour du propriétaire … pour le reste, je vous renvoie ici plus bas, aux spécifications techniques.

Si je résume, c’est un chouette petit appareil, facile à utiliser et qui peut se glisser dans un petit sac, voire même une poche (bien que je le trouve un peu gros pour ça). Sa forme arrondie, héritée du Mju, le rend agréable à prendre en mains.

Ses caractéristiques en font un chouette compagnon de voyage même si, pour ma part, je trouve que le zoom est trop long.

Mais faites attention au clapet de protection de l’objectif qui, je le rappelle, est aussi l’interrupteur : comme je vous l’expliquais, l’appareil que je vous présente était dans un petit sac très serré. Si moi j’ai fait l’effort de le retirer délicatement, d’autres n’ont pas eu cette précaution et finalement, après avoir remis une nouvelle pile, il s’est avéré que l’appareil ne fonctionnait plus.

Pour un exemplaire en bon état, avec sa dragonne, vous devriez pouvoir l’emporter pour une quinzaine d’euros maximum.

Petite video d’illustration

Quelques exemples de photos prises avec cet appareil ICI.

Un peu de technique :

Aappareil photo entièrement automatique à obturateur d’objectif à mise au point automatique de 35 mm avec objectif zoom intégré de 38 à 140 mm.
Film codé DX standard de 35 mm (24 × 36 mm).
Objectif Olympus 38 ~ 140 mm, F4 ~ 11, 10 éléments en 8 groupes.
Obturateur électronique programmé.
Viseur zoom image réelle (avec repère de mise au point automatique, repères de correction de gros plan, indicateur de mise au point automatique et indicateur de flash). Avec correcteur dioptrique.
Système de mise au point automatique multiple de type passif. Verrouillage de la mise au point possible.
Plage de mise au point Large : 0,6 m ~ infini, Télé : 0,9 m ~ infini.
Contrôle automatique programmé de l’exposition, mesure de la lumière sur 3 zones. Commutable en mesure spot.
Plage d’exposition automatique : Large : EV 2 (F4, 4 sec.) ~ EV 16 (F12.8, 1/400 sec.) ; Télé : EV 5 (F11, 4 sec.) ~ EV 17 (F22.9, 1/250 sec.)
Compteur d’exposition de type progressif affiché sur l’écran LCD.
Retardateur électronique avec env. 12 s. retard.
Télécommande (en option) à infrarouge avec env. 3 s. retard.
Réglage automatique avec un film codé DX avec ISO 50, 100, 200, 400, 800, 1600 et 3200. Les vitesses de film autres que celles ci-dessus seront automatiquement réglées sur la vitesse inférieure suivante. Pour les films non codés DX et les films avec moins de 50 ISO, la sensibilité du film est réglée sur 100 ISO.
Chargement automatique. (Passe automatiquement à la première image lorsque le capot arrière de l’appareil photo est fermé).
Avance du film automatique du film.
Rembobinage automatique du film (activation du rembobinage automatique à la fin du film, arrêt automatique du rembobinage). Rembobinage possible à tout moment avec le bouton de rembobinage.
Flash intégré.
Temps de recyclage : env. 0,5 à 5,5 s. (à température normale avec pile neuve).
Plage de fonctionnement du flash : Avec un film négatif couleur ISO 100 : Large : 0,6 ~ 6,4 m; Télé : 0,9 ~ 2,3 m
Avec film négatif couleur ISO 400 : Large : 0,6 ~ 12,8 m; Télé : 0,9 ~ 4,6 m
Modes de flash : flash automatique, flash atténuant les yeux rouges, désactivé, flash d’appoint, flash scène nocturne et flash scène nocturne atténuant les yeux rouges.
Contrôle de la batterie affiché sur l’écran LCD.
Source d’alimentation : Une pile au lithium de 3 V CR 123A.
Dimensions : 120 (L) × 65,5 (H) × 46 (P) mm
Poids : 255 g (Sans batterie).

Les références : https://www.newwavepool.shop/products/olympus-superzoom-140s-35mm-camera?variant=33418718281814, https://imuckaz.wordpress.com/2014/04/10/camera-review-olympus-superzoom-140-s/, en anglais, https://collection-appareils.fr/x/html/appareil-13404-Olympus_Superzoom%20140S.html, en français.