Aller au contenu principal

Le Lumix DMC-TZ100

J’avais envie d’un petit compact performant, à glisser dans une poche, toujours prêt à être dégainé.

Je pensais le choix assez large mais j’ai ajouté une contrainte importante à mes yeux : un viseur intégré.

Je vous assure , j’ai essayé de viser avec un écran mais le soleil s’est souvent invité et je n’y voyais plus rien Et puis, comment composer une photo à bout de bras ? En tout cas, moi, je n’y arrive pas !

Et là, l’offre s’est réduite à peau de chagrin.

Rien chez Canon (je ne compte pas le Powershot G5 X avec un beau viseur mais trop encombrant), rien chez Nikon, plus grand chose chez Olympus (le Pen F ?), le Fuji X30, quelques uns chez Sony – les fameux RX100 … et le Lumix TZ100.

Ce n’est pas à proprement parlé un compact « expert » mais plutôt une spécialité inventée par Panasonic en 2008, le « travelzoom » réduit à deux lettres : TZ.

Le truc c’est de placer un zoom 10 fois (25 à 250 mm) dans un petit boitier destiné à vous accompagner dans tous vos voyages, sans risquer de l’endommager (pas de boutons qui dépassent, ni de viseur escamotable et fragile) et qui offre une excellente qualité photographique dans toutes les circonstances que vous risquez de rencontrer lors de vos voyages.

Donc, Panasonic nous a construit un petit bloc noir, dense sans être lourd, bien ajusté et qui donne confiance.

Le capteur est un « un pouce » (comme d’autres qualifiés d’expert, le Sony RX100 par exemple), bien plus défini que les capteurs habituellement réservés aux compacts, qui autorise des prises de vue en JPEG et en … RAW.

Comparatif visuel des différentes tailles de capteurs photo numériques
source : Luzphoto, notez que les capteurs 1/3″ et 1/2,3″ voire 1/1,7″ sont ceux des compacts bas de gamme et des smartphones haut de gamme.

Soyons réaliste, si le Lumix TZ100 est très loin devant les autres compacts, il est un peu derrière ceux que l’on qualifie « d’experts », sans démériter pour autant. Il a fait un choix : offrir une grande latitude de possibilités en prises de vue (grâce à son zoom très polyvalent) et un capteur efficace.

Certes, les menus sont un peu compliqués (ah, Canon et ses menus limpides !) mais avec un peu de patience, on arrive à le paramétrer selon ses envies et/ou ses besoins.

Il n’est pas vraiment petit comme un compact à petit capteur mais il faut raison garder : comment mettre un zoom, un capteur utile et une bonne batterie dans un format carte de crédit ?

Donc, oui, il va peser un peu en poche, mais pas à la déformer.

Son ergonomie est agréable, même si j’aurais aimé un peu de grip plus marqué, mais rien de rédhibitoire (il a toujours une petite dragonne pour l’assurer au poignet).

Je reviens un instant sur le zoom : autrefois, des Lumix, comme le TZ80 ont proposé des zooms x30, ce qui est beaucoup trop à mon sens. Ici, nous sommes quand même encore dans du x10, soit un 25 – 250mm ouvrant à f/2,8-5,9 C’est encore un grand écart mais plus raisonnable quand même.

Et l’appareil nous propose une fonction peu connue, propre à la marque, appelée la « reprise de zoom ». Avec cette fonction, le boitier garde en mémoire la position du zoom au moment de l’extinction de l’appareil et il la reprend lorsque vous le rallumez. Pratique si on veut récupérer une focale que l’on aime bien. Attention, cette reprise automatique passe parfois inaperçue lorsque vous remettez l’appareil en fonction, pensez-y.

Autre point positif, le viseur que j’appelais de tous mes vœux. Déjà je salue le fait que la dioptrie soit réglable (ben, je vieilli !). Ensuite, je plaide depuis longtemps pour que les compacts soient munis d’un viseur car il est impossible de viser (et cadrer) sur un écran lorsque le soleil est présent. Même imparfait, c’est un accessoire incontournable à mon sens.

Ici, il est bien défini, avec toutes les infos utiles et, comme pour tous les hybrides, vous voyez en direct les modifications que vous imposez à la prise de vue (correction exposition, ouverture, vitesse, …)

Autre point utile, la détection oculaire, avec deux niveaux de sensibilité. Lorsque vous approchez votre œil du viseur, l’écran s’éteint. Il se rallume dès que vous éloignez votre visage du viseur.

Je ne vous parlerai pas en long et en large de toutes les fonctions de l’appareil, il y en a trop. Résumons en disant qu’elles sont très proches de celles du Lumix GH4, qui reste une référence et qui a bien inspiré la « mécanique » du TZ100.

Et vous les retrouverez dans les liens que je vous ai mis en dessous, comme d’habitude.

Je vais juste m’arrêter un moment sur la .bague autour de l’objectif car elle est multifonctions.

Disons le tout de suite, il faut s’y habituer mais quand c’est fait, elle vous permet de régler la mise au point manuellement avec efficacité. Mais vous pouvez lui attribuer la compensation d’exposition, le réglage de la sensibilité, etc.

Sachez quand même que vous pouvez la mettre sur OFF ou utiliser un réglage par défaut (réglage de la distance).

Autre point qui m’intéresse toujours, la vitesse de réaction de l’autofocus, presque indispensable en photo de rue, surtout en marchant.

La mise au point est rapide avec peu de perte du point même lorsqu’on utilise le zoom. Précisons que la détection de contraste et l’autofocus reposent sur la technologie DFD ((Depth From Defocus), qui brille par sa rapidité De plus, le boitier dispose d’un AF avec détection des yeux et visage.

L’écran est fixe mais je pense qu’il aurait été difficile d’en placer un orientable dans tous les sens en gardant la taille de l’appareil. Par contre, il est tactile et sensible.

Si je résume, ce petit TZ100 sera effectivement mon compact de voyage, quand je veux rester léger et performant.

Il rejoint une nouvelle famille qui m’accompagne dans mes pérégrinations photographiques :le Lumix DMC-GX9 est mon compagnon de photo de rue depuis un moment déjà et j’en suis toujours très content, le Lumix G7 est mon « réflex » hybride, que je vous présentais il y a quelques jours.

Franchement, pour un peu plus de 200€, vous aurez là un superbe compagnon de voyage qui vous ramènera les plus beaux souvenirs de vos escapades, sans vous avoir épuisé, discret dans une poche ou un sac

Que demander de plus ?

Deux video d’illustration

De références : https://www.lesnumeriques.com/compact-bridge/panasonic-lumix-tz100-p30461/test.html, https://www.01net.com/tests/test-panasonic-tz100-le-roi-des-compacts-pour-la-photo-de-voyage-5324.html, https://www.panasonic.com/fr/consumer/appareils-photo-et-camescopes/compacts/zooms-puissants/dmc-tz100.html, https://www.magazinevideo.com/test-en-ligne/panasonic-lumix-dmc-tz100/34893.htm en français

2 réponses »

  1. Ce petit compact devrait te ravir en voyage. Je me rappelle des articles dithyrambique de la presse spécialisée à propos du TZ5. Je présume que TZ100 doit être pas mal non plus. Je te souhaite de bonnes images avec JP.

    • Merci Phil. C’est un chouette petit appareil, pas assez cité par les magazines « experts », comme s’il n’existait que les Sony en compact 1″ ! Sa particularité est ce zoom X10 (25-250), pas trop « long » par rapport à d’autres qui offrent des x30. Ça lui donne une bonne polyvalence et lui permet de garder un encombrement réduit, avec une bonne qualité d’image. Dorénavant, je l’embarque toujours dans une poche, au cas où … Bon début de semaine à toi.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 63 649 visites
%d blogueurs aiment cette page :