Aller au contenu principal

Ricoh RZ 115

En mettant de l’ordre, j’ai retrouvé un Ricoh RZ 115 dans mes appareils « en attente ».

Comme j’ai déjà fait une belle liste d’appareil des années nonante intéressants, je vous présente encore celui-ci qui date de … 2002.

Autant dire quasi à la fin de la production de ce type d’appareil.

Et chose étonnante, j’ai eu beau chercher sur la Grande Toile, je n’ai pas trouvé pléthore d’infos à son sujet !

Commençons alors par sa présentation physique. Un bon rectangle dans une livrée argentée, fort commune à l’époque. Tout en plastique et pourtant il donne une sensation de poids pas désagréable et même rassurante quant à sa stabilité. Pourtant il ne pèse que 250Gr.

Il tient bien en main, même si son revêtement est un rien glissant. Le déclencheur tombe bien sous l’index, tout comme les deux touches en caoutchouc gris qui actionnent le zoom.

Car nous avons ici un 38 -115 ouvrant à f3,9, construit en 6 éléments en 6 groupes, finalement très compact et qui se déploie assez rapidement, tout en assurant la mise au point en continu. Sa mise au point minimale est de 60cm, voire 30 cm quant il est en position « super macro » (une touche dédiée qui reste éclairée quand on la met en service).

Sur le capot, au dessus, outre le déclencheur et les commandes du zoom, il y a aussi une commande pour le retardateur, la mise en tension ou non du flash; la touche « super macro », le bouton de mise en tension de l’appareil et un petit écran qui reprend les différents commandes appelées. Simple mais efficace.

Le viseur n’est pas très grand mais il est clair. Les infos ne s’y bousculent pas, juste l’ovale qui assure la mise au point (au centre), un cadre collimaté qui donne une indication de la parallaxe et lorsque vous appuyez sur le déclencheur et que la lumière est bonne, une diode verte vous signale que vous pouvez prendre la photo. Notez que l’appui à mi-course verrouille la mise au point et permet le recadrage. Et une particularité qui peut être utile : il y a un correcteur dioptrique pour le viseur ! Assez rare que pour être signalé.

Le chargement est très simple : vous ouvrez l’appareil, déposez le film bien au dessus des roues dentées, tirez la languette jusqu’à la bobine réceptrice et vous refermez le tout : l’appareil charge la pellicule tout seul et décode la sensibilité du film. Le moteur n’est pas bruyant, c’est une bonne chose. Le compteur est électronique, sur l’écran LCD.

La cellule au CDs gère tout automatiquement et, semble t’il, elle le fait bien. La pile CR123 alimente cette dernière, la motorisation du zoom et le moteur. Mais tout cela ne consomme pas trop, sauf si vous utilisez le flash régulièrement. Pensez à le débrayer quant il n’est pas vraiment nécessaire.

C’est clairement l’appareil qui attiraient les personnes désireuses de faire des photos sans se compliquer la vie. Et les résultats ne sont pas mauvais, loin de là.

A recommander si vous voulez vous aussi quelque chose de facile, que vous ne regretterez pas d’embarquer dans vos folles aventures.

Les infos techniques, comme d’habitude : http://www.collection-appareils.fr/x/html/affich_FT.php?id_appareil=15344 en français

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 16 857 visites
%d blogueurs aiment cette page :