Aller au contenu principal

Le Konica Minolta Zoom 80C

Encore un sauvé d’une caisse poussiéreuse où s’entassaient des épaves bonnes à jeter et ce petit bijou.

Car, après une rapide inspection (pas d’oxydation dans la trappe à piles, chambre propre), je décide de négocier un prix déjà ridiculement bas mais c’est juste pour faire payer à ce vendeur peu scrupuleux le traitement infligé à ce malheureux Minolta !

Première remarque, avant de me plonger dans le Net à la recherche d’infos supplémentaires, s’il se nomme Konica-Minolta c’est que c’est un appareil de fin de vie de Minolta, lorsque Konica l’eut racheté en 2003. Vous trouverez nombre de références sur l’épopée Minolta sur le site et aussi chez Monsieur Suandeau, le spécialiste français de la marque.

Pour mémoire, Minolta abandonnera toutes activités dans la photographie en 2006, en vendant sa technologie à Sony, qui reprendra la gamme des Dynax sous le nom d’Alpha, gamme que vous connaissez encore

Et de fait, il date de 2004, alors que le numérique balbutiait et que nombre de personnes hésitaient encore entre l’argentique, au sommet de ses performances et les nouveaux venus qui semblaient prometteurs, … vous connaissez la suite.

Bref, le Konica-Minolta Zoom 80c doit beaucoup au Minolta Zoom 80, même s’il a été repensé pour former un mélange entre le Konica et les compacts Minolta de dernière génération.

Ne nous leurrons pas, c’est un appareil facile, destinés aux photographes occasionnels, généralement aux familles pour leurs vacances ou les petits moments du quotidiens. Vos albums anciens ont peut-être quelques photos issues de ce type d’appareil, qui ne s’en sortaient pas si mal au fonds.

Vous pouvez vous en servir tout de suite, même sans avoir lu un mode d’emploi ni cherché sur le Net un « tuto » quelconque.

Il possède un zoom pratique de 35 à 80mm, ouvrant de f6 à f12 avec une mise au point à partir de 90cm. Le réglage du zoom s’effectue avec un bouton poussoir dans un sens W (wide) grand angle et T (télé) téléobjectif..

Notez que le viseur suit en temps réel le déplacement du zoom.

Pour le charger, rien de bien compliqué non plus : lorsque vous déposez la cartouche du film, le boitier lit le codage DX (avec toutefois la limite des 100 à 400 Iso). A défaut de codage DX, l’appareil se règle par défaut sur 100 Iso et si ça dépasse les 400, il le règle par défaut sur 400 Iso..Il n’est pas possible d’effectuer un réglage manuel, que la plupart des utilisateurs n’auraient pas utilisé de toute manière. Le Minolta va charger le film et l’amener à la première vue, automatiquement. En fin de film, il rebobine tout seul.

Ces valeurs, arbitraires j’en conviens, sont propices à une utilisation par grand soleil (100 Iso) ou par temps couvert (400 Iso).

Si jamais ce n’était pas assez, le flash supplée aux faibles luminosités. Un petit flash utile en cas de fill-in (en contre-jour), que l’on peut aussi – heureusement – débrayer, mais il faut le faire à chaque allumage de l’appareil.

Notons encore un retardateur d’environ 10 secondes, un petit filet pour le monter sur un trépied léger, lui -même n’étant pas bien lourd, 200gr avec la pile.

Pour les modèles de luxe il y avait même un dos dateur. Vu la date de fabrication, il est possible que celui-ci soit encore fonctionnel en 2021, on ne sait jamais.

Lorsque j’ai acheté ce Konica Minolta Zoom 80C, j’avais vu qu’un film était encore à l’intérieur.

Ne sachant pas combien de vues il restait (le compteur est tributaire de l’état de la pile), j’ai décidé de prendre l’appareil lors d’une ou deux sorties familiales, pour le terminer. J’aurai donc sous peu le résultat des prises de vue. C’était un Fuji color de 12 vues en 400 Asa et 3 vues avaient été faites par son précédant propriétaire. J’ignore depuis quand il est périmé.

Et franchement, je l’ai trouvé sympa ce petit cube argenté : il tient dans une poche, petit et rectangulaire, on le tient bien en main et tous les boutons sont faciles d’accès et agréables au toucher. Son semblant de petit grip à l’avant et à l’arrière sont finalement efficaces pour la tenue à une main et pour prendre des photos à la volée, si besoin.

Le viseur bien que clair et agréable ne contient aucunes données de prise de vue, il faut s’y faire mais à quoi bon puisque l’appareil gère tout lui-même : vous visez, l’autofocus fait la mise au point, la cellule calcule la luminosité et règle l’appareil pour la prise de vue, clic-clac, c’est dans la boîte !

Si vous connaissez un peu Minolta, vous savez que leur matériel est fiable au niveau cellule et programmation des réglages, faites lui donc confiance.

Ses modes d’expositions travaillerons correctement dans les situations classiques de prise de vues : il suffit de déplacer le petit index sur les pictogrammes dédiés aux mode macro (fleur), groupe (un groupe), infini (montagne), portrait de nuit (idem), puis le retardateur et le mode flash.

Comme je le dis souvent avec ce type d’appareil, vous n’aurez pas peur de le sortir si vous voulez éviter que votre beau matos ne prenne un coup, par exemple lors d’un carnaval ou si vous avez la chance de participer au Holi, en Inde.

Il est très discret, de par sa taille et sa forme, ainsi que ses mécanismes, finalement peu bruyants.

Si donc vous en trouviez un dans une caisse sale, prenez votre courage à deux mains (va falloir le nettoyer) et ne sortez pas plus d’un billet de 10€ s’il est en parfait état (et vous aurez sans doute la chance de l’avoir pour moins que ça).

Seule la pile est un peu onéreuse, une CR2, mais elle durera au moins un an (un peu moins si vous sollicitez souvent le flash). Prenez en toujours une d’avance car sans pile, rien ne fonctionne bien évidemment !

Video d’illustration

Spécifications techniques :

  • Objectif zoom 35-80 mm, 5 lentilles en 5 groupes, 1 asphérique
  • Plage d’ouverture de f/6 à f/12
  • Plage d’obturation de 1/2 sec. à 1/500 s.
  • Le code DX ne lit que 100 ou 400 films ISO
  • Modes d’exposition automatique
  • Contrôle de l’obturateur électronique
  • Délai du retardateur 10 secondes
  • Mesure de l’exposition moyenne
  • Modes de mise au point automatique
  • Verrouillage de la mise au point automatique
  • Modes de flash : mode automatique, mode remplissage, mode flash OFF, mode nuit, réduction des yeux rouges, synchro lente
  • Viseur
  • Distance minimale de mise au point 90cm
  • Alimenté par une pile CR2

Des exemples de photos prises avec cet appareil LA

Quelques références : https://filmphotography.eu/en/konica-minolta-zoom-80c/, http://camera-wiki.org/wiki/Konica_Minolta_Zoom_80c, https://www.cnet.com/products/konica-minolta-zoom-80c-point-shoot-zoom-camera-35mm/, https://35mmco.com/products/minolta-zoom-80c, https://retrocamerashop.com/product/konica-zoom-80c/, http://www.sironline.com/press/pdf/minolta/pma04/camera/35mm/zoomrel.pdf en anglais

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 36 718 visites
%d blogueurs aiment cette page :