Aller au contenu principal

J’ai reçu mes photos (ter) – Leica M6

Hé oui, celles du Leica M6, celui que j’ai échangé contre le Zeiss Ikon ZM.

Pour mémoire, ces photos ont été captées fin mai, dans les rue de Mons (Hainaut). J’avais monté le Jupiter 12 sur l’appareil, un 35mm ouvrant à f1:2,8 de fabrication russe. Sa particularité, si vous vous souvenez de l’article consacré à la présentation du M6, où j’en parlais, est d’avoir un verre arrière très proéminent et qui rentre assez profondément dans la chambre de l’appareil. Ce qui le rend particulièrement compact.

Mais cette particularité ne me permettait pas de le monter sur le Leica M5 car le risque qu’il heurte le bras de la cellule est trop important.

C’était donc un double essai, celui de l’appareil et de l’objectif.

Encore un mot sur l’appareil. Comme je l’ai écris, même s’il est très agréable à prendre en main, beaucoup plus proche du « standard » que représente le Leica M3, je restais dubitatif sur sa réelle plus value par rapport au M5. Tout d’abord au niveau de l’utilisation, deux flèches apparaissent dans le viseur, pour indiquer soit une sous-ex (flèche vers la gauche), soit une sur-ex (flèche vers la droite) et enfin une expo correcte si les deux flèches sont allumées en même temps. Sans rappel de la vitesse dans le viseur. Pour le M5, il faut faire coïncider deux lignes obliques, en tournant la molette des vitesses, du bout de l’index, sans quitter le viseur des yeux, et le rappel de cette vitesse s’inscrit dans le viseur.

Et bien, honnêtement, je préfère le M5, c’est plus clair. Ceci étant, le M6 expose juste, sa cellule étant un peu plus sensible que celle du M5, soyons de bons comptes.

Au niveau discrétion, le M5 est plus silencieux que son descendant. Pas de beaucoup, mais on s’habitue au silence … Mais là où ça (me) fâche, se sont les logos, en façade : assez discret sur le M5, impossible de ne pas les remarquer sur le M6 !

Enfin, là où je les laisse sur un parfait ex aequo, c’est sur la difficulté de les charger : je peux admettre que je n’ai pas l’habitude et que celle-ci fait sans doute gagner du temps, mais pourquoi toujours nous imposer cette semelle escamotable et cette roue en tulipe pour y accrocher le film ? Pas pratique du tout et chronophage.

Tout ceci étant dit, voici quelques photos d’illustration. Le film était un Fuji X-Tra 400 Asa, périmé depuis janvier 2014, même si gardé dans un frigo. C’est le même film pour les deux appareils. A noter que ce sont les fichiers bruts (c.-à-d. non retouchés via Luminar 4).

En conclusion, deux belles machines, même si je n’en garderai in fine qu’une seule. Mais le M6 fait déjà le bonheur d’un étudiant (n’est-ce pas Hugo ?), passionné de photo de rue aussi.

Le M6 a réussi ce que le M5 n’avait pu atteindre, 10 ans plus tôt : ajouter une cellule précise à la lignée du M3, sans embonpoint. Il a su garder les proportions de ses ainés, qui le rendent maniable et devraient le faire discret, si on excepte les logos criards qui, soit vous font repérer à 20 pas comme quelqu’un qui a les moyens (et dans certains lieux, c’est peu pratique), soit vous fait entrer dans la famille des Leicaistes modernes qui s’assument (remarquez que je note « modernes » car les anciens, qui affectionnent encore les M2 et les M3, sont eux, très discrets). Ceci étant dit, c’est une fabuleuse machine à photographier et si vous fouinez bien sur certains sites, vous en trouverez à des prix qui restent décents.

Bonne découverte et, surtout, bonnes photos …

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 26 726 visites
%d blogueurs aiment cette page :