Sortie avec le Zorki 1c et son Industar 22 f1:3,5

J’ai déjà eu l’occasion d’avoir un Zorki en main, un 4K en l’occurrence (de 1974). C’était ce qui se rapprochait du Leica M3, du moins par la forme (je vous renvoie à la rubrique « les télémétriques russes » pour sa description). Avec quelques particularités, par rapport au M3, notamment un correcteur dioptrique, que ne possède pas le Leica. Mais soyons de bon compte, le Leica M3 datait de 1954 et le Zorki 4K fut fabriqué de 1972 à 1978 (à 524610 exemplaires). La construction était moins rigoureuse, moins bien ajustée, mais cela lui donnait un charme et – paradoxalement – une certaine robustesse, pour autant que l’on ai respecté la règle de toujours armer avant de modifier les vitesses. Et puis le Zorki 4K était lourd, pas spécialement facile à charger (il faut ôter la semelle, insérer l’amorce dans une bobine amovible, réintroduire le tout, remettre le dos, fermer les 2 clés de sécurité, armer/déclencher une ou deux fois et c’est parti).

Avec le Zorki 1, c’est une autre époque : celui-ci date de 1951 et il copie le Leica II qui date de … 1932 ! Il fut fabriqué de 1948 à 1956, à 835.502 exemplaires (pas mal non ?). Le mien date de 1951, c’est donc un Zorki 1C.

Deux exemples ici de Zorki Ic avec leurs objectifs rentrant : un Industar 22 et sur l’autre un Fed. Ces objectifs sont des copies des Elmar de chez Leitz.

Si vous voulez photographier avec un appareil ancien, bien fabriqué (mieux que le Fed 2, qui est aussi une copie assez fidèle), surtout très abordable, c’est celui là qu’il vous faut, vraiment.

Soyons clair, il demande un peu d’adaptation : il y a 2 « viseurs » à l’arrière. Celui de gauche est le télémètre, celui de droite, le vrai viseur. Télémètre agréable à régler, avec un patch orangé bien visible. C’est une petite gymnastique à laquelle on se fait vite : un regard à gauche, pour régler le télémètre sur l’objet photographié, un regard à droite pour cadrer définitivement. Ah oui, après avoir armé – et vérifié sa cellule à main – nous pouvons modifier la vitesse. Clic ! la photo est dans la boîte.

Les deux « viseurs » étaient la règle chez Leica et les concurrents de l’époque. C’est le Leica M3 qui modifia la donne, en 1954. Ce n’est donc pas exceptionnel si vous voulez tester de vieux télémétriques.

Ci dessous, à gauche le Zorki Ic et à droite le Leica IIIf, vus de face et de dos. Notez les deux viseurs à l’arrière, relativement éloignés pour le Zorki, plus proches pour le Leica.

Pour le charger, c’est comme pour les anciens Leica aussi : débloquer la clé de sécurité sous la semelle, ôter celle-ci, retirer la bobine amovible et … modifier l’amorce (10 cm) pour faire entrer le bout de celle-ci dans le ressort de la bobine puis glisser – en même temps – la cartouche et cette bobine dans l’appareil, en faisant glisser l’amorce dans une fente au dos de l’appareil. Bon, ça à l’air compliqué mais on s’y fait vite (paradoxalement, plus facile qu’avec le Leica M5). Vous remettez la semelle, armez et déclenchez au moins deux fois, pensez à mettre votre compteur de vue à zéro, et c’est prêt. Si vous trouvez ça difficile, rassurez-vous, il y a plein de tutos sur la toile.

En haut, la semelle avec sa clé de sécurité, le ventre de l’appareil en dessous et tout en bas la même chose sur le Leica M3, avec le dessin particulier de l’amorce (à couper suivant le pointillé – à noter qu’il existe un appareil spécialement dédié à cet exercice, un Ablon (Leica) qui coûte très cher en vrai mais dont il existe des copies réalisées sur des imprimantes 3D; faut fouiller un peu sur la toile pour les trouver)

Un mot sur le déclencheur : il n’est pas bruyant, un simple clic assez doux (rideaux de l’obturateur en caoutchouc, comme le Leica). Pour réarmer, il suffit de tourner le gros bouton de chargement. Honnêtement, y ajouter un « soft release » assurera une meilleure sensation au déclenchement, mais ce n’est pas obligatoire.

Par contre, pour le porter, il convient de trouver une sacoche en cuir car l’appareil n’a pas d’œillets pour y attacher une lanière. Ceci étant, il n’est pas lourd (534 gr avec l’Industar 22 et un film de 24 poses) et si vous y avez monté le même objectif que le mien, celui-ci replié, vous le mettez dans une poche de blouson sans soucis. De plus, la sacoche, si vous pouvez en trouver une, est du plus bel effet : c’est un magnifique cuir, généralement bien patiné.

Le détail de cet objectif étonnant, qui se replie sur lui-même. Pour le mettre en œuvre, vous tirez sur le fût et effectuez un quart de tour sur lui-même pour le bloquer en position sortie. La bague de réglage comporte un bouton pour aider à la mise au point (il suffit de le pousser d’un côté ou l’autre pour faire la mise au point)

Voilà. Je suis sorti aujourd’hui avec cet appareil et il m’a agréablement surpris, tant par sa maniabilité que par son agrément d’utilisation, malgré la petite gymnastique pour viser (et le charger). L’Industar 22 permet de régler rapidement la mise au point, surtout parce que le patch du télémètre est bien visible. Ceci étant, vous pouvez y installer d’autres objectifs, comme un Jupiter 8 ou un Jupiter 3, mais si vous gagnez en luminosité, vous perdez en compacité. Je l’ai gardé en main pendant toute la balade (10km quand même) sans qu’il ne pèse. J’avais juste pris la précaution d’emporter une cellule à main (j’avais oublié ma réglette du sunny 16 !).

Je n’ai pas pu terminer le film mis dans le Zorki. J’en profiterai pour installer le Jupiter 8 et le Jupiter 3 pour finir le film. C’est un film couleur 200 Asa, dont la date d’expiration était mai … 2005 !

La suite bientôt donc. Quoiqu’il faudra attendre encore un peu : nous sommes le 17 mars 2020 et la Belgique vient de passer en mode confinement, jusqu’au 05 avril, en théorie. Tous les commerces non essentiels seront donc fermés, et zut !

Quelques liens, comme d’habitude : http://35mm-compact.com/anciens/zorki1.htm et http://www.summilux.net/materiel/Leica-II, en français et http://www.swcornell.com/camera/zorki12list.html, en anglais.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.