Aller au contenu principal

Meopta Flexaret V

Vous me connaissez, je n’aime pas les marques rebattues au prétexte qu’il n’y aurait qu’elles qui soient de qualité.

Vous avez pu ainsi découvrir quelques alternatives très intéressantes au sempiternel Olympus Mju et si vous fouinez un peu sur le site, vous découvrirez les présentations et essais de ces appareils (allez voir dans argentique –> et les autres ?).

Tout comme je m’étais attaqué au mythe Leica en vous proposant un comparatif, très subjectif, des télémétriques. Là encore, vous pourrez découvrir les essais des uns et des autres dans la rubrique des télémétriques.

Et, en son temps, j’avais déjà égratigné le célébrissime Rolleiflex dans la rubrique des moyens formats lorsque je vous présentais un Lubitel 2, les Yashica C et D.

Alors aujourd’hui, je vous présente un appareil venu de l’Est, le Meopta Flexaret V.

Personnellement, je le trouve très beau, mais commençons par le début.

Cet appareil date de 1958 et ce modèle fut fabriqué jusqu’en 1961.. Il est équipé d’un objectif de 80 mm et d’une ouverture de f3.5. En gros, cet appareil est le jumeau tchèque du Rolleicord Va, mais en plus joli (avis tout subjectif).

Le Flexaret comprend une famille de TLR (pour mémoire, Twin Lens Reflex soit réflex avec deux objectifs) fabriqués par Optikotechna (qui fera plus tard partie de Meopta) pour les films en rouleaux de moyen format (120), fabriqués dans la Tchécoslovaquie de l’époque, entre les années 30 et 70. Meopta a développé ses propres lentilles, le Mirar dont le modèle Mirar II est très proche du Tessar avec ses 4 éléments en 3 groupes.

Au moins huit modèles du Flexaret ont été construit, des années trente aux années septante.

Le modèle V que je vous présente est – qui l’eut cru – une évolution du modèle précédant, à savoir le Flexaret IV. Dès ce numéro, le Mirar devient un Belar (mais on garde la qualité du Tessar d’inspiration). L’ouverture maximale de ces objectifs est de f/3,5, et on les trouve généralement avec des obturateurs Metax, plus rarement avec des Prontor-SVS et une vitesse maximale de 1/400.

Ces optiques ne déméritent pas par rapport à la concurrence.

Et donc, le modèle V est essentiellement une refonte du modèle IV, avec des changements surtout cosmétiques dans la partie avant et dans le bouton de mise au point. Fabriqué dans les dernières années 1950, on le trouve généralement avec une lentille 80/3,5 Belar sur Metax (communément) ou Prontor-SVS (moins communément). L’évolution, le Flexaret Va, est assez semblable à son prédécesseur dans le sens où elle permet d’utiliser des films 35 mm, moyennant un adaptateur.

Mais la particularité du Flexaret V c’est le réglage des distances, qui se fait en actionnant dans un sens ou dans l’autre, les deux boutons en dessous de l’objectif. Ils sont montés comme sur un compas avec – seconde particularité – la possibilité d’utiliser ce compas comme mise au point d’un zone focus (table de profondeur de champ). Je vous invite à parcourir la vidéo que je vous ai trouvée ici en dessous pour voir comment ça fonctionne. L’oscillation des deux bras fait en fait avancer ou reculer tout le bloc optique.

Chez d’autres constructeurs, c’est la rotation d’un bouton qui assure le même principe. Et chacun de ces principes à ses défenseurs et ses détracteurs. En gros, il faut l’essayer soi-même pour se rendre compte et adopter, ou pas, le système du Flexaret.

Personnellement, ce que je trouve intéressant, c’est que l’on peut le manipuler avec les deux index en tenant fermement l’appareil au creux des mains, alors qu’avec un bouton, une seule main assure le maintien, l’autre assurant la rotation dudit bouton de réglage.

C’est évidemment un appareil à manipuler en prenant son temps, comme vous le feriez avec un Minolta Autocord, un Yashica D, un Rolleiflex, par exemple.

Vous le savez, j’ai toujours un soucis avec ce type d’appareil car j’éprouve les pires difficultés à remettre l’image dans le « bon sens » – l’image sur le dépoli est inversée. Dépoli bien clair, au demeurant. Mais je vais l’essayer, pour le plaisir de manipuler un bel objet, qui sort un peu de l’ordinaire (je vais me faire incendier par les aficionados du Rolleiflex !).

Je vous ai trouvé une petite vidéo parlant de cet appareil (en anglais) – en fait, c’est le modèle du dessus mais les principes restent les mêmes.

Quelques liens intéressants pour cet appareil : http://www.jnoir.eu/en/cameras/meopta/flexaret/ , https://en.wikipedia.org/wiki/Flexaret, https://www.beauphoto.com/camera-speed-dating-meopta-flexaret-v/ et http://www.tlr-cameras.com/Czech/ en anglais, http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-12524-Meopta_Flexaret%20V.html, http://ebgy.free.fr/photo/flexaret.htm en français

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 40 443 visites
%d blogueurs aiment cette page :