Avec mon épouse, nous considérons qu’une brocante est réussie si nous voyons un livre de Rika Zaraï, à défaut un de Pierre Bellemare, un disque de Linda de Suza, une fanfare, des pains saucisse et … un Polaroid !

Et bien, sur celle-ci, nous avons été gâté et moi en particulier car j’ai déniché ce Polaroid 600 OneStep tout neuf, encore dans sa boîte (ok, elle a un peu souffert).

Franchement, je n’ai pas dû négocier longtemps, le vendeur voulait s’en débarrasser et n’imaginait même pas que l’on pu encore utiliser cet appareil de nos jours. Merci Monsieur.

Alors, ce OneStep 600, que nous réserve-t-il ?

Apparut en 1976, le OneStep 600 est le premier appareil conçu pour le film intégral 600. L’original manquait singulièrement de fonctionnalités : pas d’objectif gros plan, pas de flash intégré mais il a le fameux curseur Assombrir/éclaircir pour la correction d’exposition.

Source : Camera-Wiki.

L’objectif était un 116mm ouvrant à f11, en plastique. La mise au point commençait à 1,2 m jusque l’infini. Comme il n’y a pas de flash intégré, il fallait mettre une rampe de flashbar dans la languette prévue à cet effet lorsque l’appareil était ouvert. La vitesse était automatiquement déterminée par l’appareil, entre 1/4s et 1/200s

Franchement, ce premier opus n’a pas d’autre intérêt qu’historiquement être le premier d’une longue série.

Le modèle va peu évoluer, si ce n’est l’ajout d’un flash intégré.

Les appareils désigné seulement par un chiffre 600 sont vraiment les entrées de gamme de chez Polaroid.

Celui qui nous préoccupe est apparu dans les années nonante. Si la forme s’arrondit, le principe reste le même, avec quelques améliorations, dont celles qui ne se voient pas car concernant l’électronique embarquée, plus performante que dans les années septante et quatre-vingt.

Il utilise le pack intégral 600 (c.-à-d. le film avec la pile dedans).

Dès que vous ouvrez l’appareil, en tirant fermement sur le dessus qui protège la lentille et le flash lorsqu’il est refermé, il se met en batterie. Entendez par là qu’il précharge le flash, dont il va avoir besoin.

La cellule, qui est sous le viseur, va analyser la lumière disponible pour régler automatiquement l’exposition et vous, vous devrez régler la distance à l’aide du curseur qui est à droite, face à l’appareil. Le déplacement de ce curseur entraine une lentille en plastique qui viendra se placer devant l’objectif.

Vous avez le choix entre portrait de groupe et montagne, soit à partir de 1,3m jusque l’infini, et le portrait rapproché où vous serez net dès 60cm jusque 1,2 m.

Point de vue réglages, c’est tout !

Ah si, vous pouvez décider d’utiliser le flash ou pas, en enfonçant à fond le gros bouton noir du déclencheur ou le second bouton noir placé derrière le déclencheur, ce qui coupe le flash.

Et le fameux curseur pour éclaircir ou assombrir la photo. Vous arriverez un jour à le maîtriser selon la quantité de lumière dont vous disposez, mais l’idéal est de le laisser au milieu, le flash faisant la différence dans l’appoint de lumière.

Alors, que penser de ce Polaroid OneStep 600 ?

C’est l’idéal pour s’initier à la photo instantanée mais les réglages sont vraiment réduit à leur plus simple expression.

Mais disons le tout de suite, les résultats sont à la hauteur de la lentille en plastique, pas vraiment flous mais pas vraiment nets non plus.

Si vous en trouvez un en brocante, ne dépensez pas plus de 15€ pour l’acheter. Ce sera un bon petit compagnon mais gardez en mémoire ses limites.

Une petite video d’illustration

Des références : https://www.polaroid-passion.com/appareils-format-600.php?id=13, , https://www.instamaniac.com/le-polaroid-600/ en français; http://camera-wiki.org/wiki/Polaroid_OneStep_600, https://danfinnen.com/article/polaroid-onestep-closeup-600-camera-guide/ en anglais