L’Olympus SuperZoom 70

Voici le dernier appareil acheté lors de la brocante des 26 – 27 novembre 22.

Après deux Yashica, en réflex, place à un compact typique des années nonante, un Olympus SuperZoom 70 dans sa sacoche et avec son mode d’emploi (et même un film dedans !).

C’est une charmante dame qui me l’a apporté, avec un vieil Agfa Clack bien moisi et un Kodak 255X malheureusement inutilisable (cassette 126). Si je n’ai pas gardé les deux derniers cités, pour lui faire plaisir, j’ai acheté cet Olympus.

Représentant assez typique des appareils des années nonante (1993), il ne transfigure pas le matériel photographique mais apporte sa petite touche.

Comme d’habitude, s’il se nomme SuperZoom 70 en Europe, ce sera OZ 70 Zoom au Japon et Infinity Zoom 2000 aux USA. Et pour être le plus complet, il a existé en version DX, c.-à-d. affublé d’un dos dateur, vraisemblablement inutile de nos jours, et en version Panorama, visiblement réservée au seul marché nippon (OZ Panorama 70 Zoom).

Vous l’avez compris, c’est un compact fait pour se simplifier la vie : on vise le sujet, qu’on essaie de placer sur une croix au milieu du viseur (qui est quand même colimaté avec correction de parallaxe), on attend qu’une lampe verte apparaisse pour être certain que l’autofocus est bien verrouillé sur la cible, éventuellement une lampe orange si on a eu besoin du flash, et on appuie sur le déclencheur. C’est tout, l’appareil fait le reste : il avance la vue, réarme pour la suivante.

A noter que si vous deviez rembobiner votre film pour une raison ou l’autre, il faudra attendre d’avoir atteint la dixième vue pour pouvoir le faire. Pourquoi 10 ?

Il vous propose un zoom finalement raisonnable, un 38 – 70mm ouvrant de f4,5 à f7,8. Pas bluffant mais honnête face à la concurrence de l’époque. Si vous regardez en bas de l’article, je vous ai mis un lien vers des photos prises avec cet appareil et les résultats sont correctes.

-« Mais alors, qu’est -ce qui le rend intéressant ? »

Ah, je vous dirais son ergonomie d’abord, avec une poignée bien dessinée qui offre un réel confort d’utilisation et, accessoirement, de loger les piles.

Tiens, parlons-en des piles : normalement, 2 piles AA de 1,5v suffissent mais – et c’est particulier – il y a aussi un emplacement pour mettre une pile lithium de 3v (type CR123). Ce n’est pas courant mais ça peut être utile en voyage notamment.

Ensuite son écran LCD, bien complet et facile à lire et son viseur, clair et suffisamment grand pour bien cadrer ses sujets.

Outre donc qu’on l’ait bien en mains, les commandes tombent naturellement sous les doigts et sont fluides.

Comme je l’écrivais plus haut, ce n’est pas un compact révolutionnaire, mais un bon petit appareil qui fait bien ce qu’on lui demande de faire : des photos sans prise de tête mais correctes.

Outre le fait qu’il chargera votre film presque tout seul, qu’il réglera la sensibilité de celui-ci sans intervention (de 50 à 3200 Asa), il vous propose une gamme de focales intéressantes : un 38mm qui est presque un grand angle et un 70mm qui est presque un mini télé. L’objectif est composé de 5 éléments en 4 groupes.

Vous pourrez faire du paysage et du portrait puisqu’il vous propose ces compromis honorables. La mise au point commence à 60cm jusque l’infini.

Vous vous en doutez, l’obturateur est électronique et les vitesses sont liées à la détection de lumière faite par la cellule. Elles sont de 1s à 1/500s.

Il vous propose quand même le verrouillage de l’autofocus, par pression à mi-course du déclencheur, pour vous permettre de recadrer votre sujet si besoin.

Et, ce que j’aime bien, la possibilité de débrayer le flash. Attention toutefois, à chaque re démarrage, il faut penser à modifier le réglage, par défaut, sur flash auto.

Un petit flash qui sur la position Flash S propose à vos sujets d’éviter d’avoir des yeux de lapins effrayés, en émettant une série de pré-éclairs avant la prise de vue.

Et vous avez la possibilité de « forcer » le flash en cas de contre-jour important, p. ex.

Ah, il vous offre encore un retardateur de 12 secondes, qui peut être piloté par une télécommande à infra-rouge en option), qui vous offre un délais supplémentaire de 3 secondes avant de lancer soit le déclenchement pur et simple, soit d’enclencher le retardateur que vous aviez programmé.

Voilà, voilà … un petit compact que vous devriez pouvoir emporter pour 15€ maximum, avec sa dragonne et son petit sac, que l’on peut porter à la ceinture.

Celui-là ne vous donnera pas de frisons mais fera son job correctement, des photos de bonne facture.

Petite video d’illustration

Des exemples de photos prises avec cet appareil ICI.

Pour le mode d’emploi, c’est par LA.

Des références : https://collection-appareils.fr/x/html/appareil-2990-Olympus_Superzoom%2070.html, en français; http://camera-wiki.org/wiki/Olympus_Superzoom_70, en anglais

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :