Aller au contenu principal

Le Canon Eos 3000

Je pense que dans les personnes qui veulent (re)tâter de l’argentique, il y a deux profils : ceux qui veulent découvrir le début de l’histoire et qui se tourneront vers des appareils qui nécessitent un peu d’investissement, et ceux qui ont envie d’entrer dans le vif du sujet et pour qui la technique n’est pas un must.

Si j’osais une image, je dirais qu’il y a ceux qui achètent une épave de Fiat 500 « originale » et qui vont se plonger dans sa restauration de A à Z, et ceux qui en achètent une qui roule !

L’appareil dont je fais faire la présentation ici est dans la seconde catégorie.

C’est un Canon EOs 3000, un appareil d’entrée de gamme (l’Eos 5000 dont je parlerai plus tard est son prédécesseur dans cette gamme) qui permet d’entrer dans l’univers du reflex sans se ruiner.

Apparu sur le marché en mars 1999, il est donc le successeur de l’Eos 5000, avec des fonctions de base largement étendues par rapport à ce dernier.

Par exemple, il intègre le fameux sélecteur PSAM – modes programme et position manuelle (Programme – S vitesse – A ouverture – M manuel). et les traditionnels modes scènes.

Il possède une mesure évaluative à six zones liée à trois collimateurs de mise au point. Son flash intégré, s’il faut l’activer manuellement, est lié à la mesure pendant la prise de vue pour permettre un contrôle précis de l’exposition.

Vous pouvez monter dessus toutes les optiques Canon EF, ou tierces. Toutefois, peut-être pas les toutes dernières, prévues pour la précision extrême des capteurs numériques. Tant mieux, vous pourrez vous concentrer sur les premières versions, qui sont excellentes et abordables.

C’est un appareil simplifié mais loin d’être simpliste. Sa vitesse d’obturation de 30s à 1/2000s plus le mode bulb (pause longue) vous permet de faire face à la plupart des scènes à photographier. Vous pouvez aussi corriger l’exposition par incrément d’1/2 stop. Toutes les infos sont reprises sur l’écran LCD, à gauche, au dessus du déclencheur.

Vous pouvez aussi mémoriser l’exposition si vous devez recadrer votre sujet et vous bénéficiez d’un bip de mise au point (que vous pouvez désactiver si vous voulez rester très discret) et vous voyez dans le viseur l’indicateur AF de mise au point.

De plus, vous avez dans le viseur toutes les indications utiles lors de la prise de vue.

Autres petites attentions : une position permettant de verrouiller l’appareil en OFF (L en rouge sur le barillet), un retardateur, une assistance pour éviter les yeux rouges en cas d’utilisation du flash. Ppur charger le film, facile : vous ouvrez le dos, glissez la cartouche dans le compartiment, tirez l’amorce jusqu’au repère orange, et vous refermez l’appareil. Il va lire le codage DX (sensibilité) du film et amorcer le film jusqu’à la première vue. Maintenant, c’est à vous de jouer !

Bien évidemment, vous pouvez monter dessus tous les flash Canon de la série EX, ils sont synchronisés (au 1/90s) et ils règleront leur puissance fonction de l’ouverture choisir.

En résumé, c’est vraiment un appareil école, qui vous permet de mettre un premier pied, le cas échéant, dans l’univers des reflex Canon Eos.

Vous ne vous ruinerez pas avec lui. Comptez environ 25€ pour un boitier nu, ce qui vous laisse de la marge pour un bon objectif, un 35 – 80 ou un 24 – 105 par exemple, ou encore un excellent 50mm en f1,8 (ou moins si vous avez encore un peu de sous).

Si ce n’est pas le plus sophistiqué, c’est celui qui vous permettra de faire, éventuellement, vos premières armes, tout en vous permettant d’évoluer à votre rythme.

Il n’est pas difficile d’en trouver, en parfait état, et déjà équipé d’un objectif dans les sites de seconde main

Mais surtout, comme c’est déjà un Eos, vous ne serez pas trop dépaysé si vous évoluez dans la gamme par après, y compris en numérique, car les bases sont toujours les mêmes et l’ergonomie fort proche.

Donc, si vous en trouvez un, laissez vous tenter si un appareil pas trop sophistiqué vous convient, il vous permettra de voir venir. Et celui-là, vous n’aurez pas peur de le sortir, même dans des conditions difficiles.

Une petite vidéo d’illustration :

Des références, comme d’habitude : https://www.petervis.com/Cameras/canon-eos-3000/canon-eos-3000-review.html, https://fr.wikipedia.org/wiki/Canon_EOS, https://global.canon/en/c-museum/product/film207.htmlen anglais, http://35mm-compact.com/reflex/canon.htm http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-1295-Canon_EOS%203000.html en français

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 37 005 visites
%d blogueurs aiment cette page :