Encore un engin bizarre, sorti de la caverne des parents …

Bon, disons le tout de suite, Polaroïd a créé des inventions géniales, dont le fameux film à développement instantané, le film qui se développe tout seul dans la cuve Autoprocesor, par exemple, mais aussi ….ça !

Qui n’a pas laissé une trace indélébile dans l’histoire de la photographie, ni dans celle des jumelles d’ailleurs.

En soi, l’idée n’est pas totalement ridicule : vous regardez avec les jumelles un sujet que vous pourriez être amené à vouloir prendre en photo, des animaux par exemple, et avec un seul appareil, vous pouvez le faire.

La partie jumelle est basique mais pas plus que celles que l’on vend chez Décathlon : le grossissement est de 10X. Ce qui veut dire que ce que vous voyez sera multiplié par 10. Plus ce chiffre est élevé, plus le champ sera restreint. Une jumelle de randonnée oscillera généralement entre 7 et 10. Si vous voulez en savoir plus sur le facteur de grossissement, je vous conseille cet article ICI.

Voyons la partie appareil photo maintenant.

La fiche technique nous dit qu’il s’agit d’un appareil avec un objectif fixe de 6,35mm ouvrant à f2,8. Tout y est automatique (exposition, balance des blancs). Le capteur est aussi un 6,35mm (ou 1/4 de pouce). L’appareil peut prendre environ 20 photos en qualité VGA (640×480) ou environ 80 photos en QVGA) (320×240). Il n’y a pas de carte mémoire, seulement la mémoire de l’appareil lui-même (16Mo SDRAM).

Il possède un retardateur (?) de 10 secondes et les modes de prise de vue sont à minima : photo unique, avec retardateur, prise de vue en « rafale », enregistrement vidéo court (AVI).

La vitesse varie de 1/60s au 1/1500s. Le processeur autorise une vitesse de traitement de 12i/sec. ou 8i/sec en prise de vue en continu ou video courte.

Deux piles AAA sont nécessaire pour alimenter la chose, ce qui autorise 10h de prise de vue en continu … heu, avec 16Mo de mémoire ?

Il y a un tout petit écran LCD, qui ne sert qu’à savoir dans quel mode on a choisi de travailler ou si on veut supprimer une photo, le format de la définition (haute ou base), par exemple.

Bref, pour avoir essayé l’engin, qu’en retenir ?

Pas facile de faire la mise au point avec les jumelles (je sais, je ne suis pas doué). Mais quand vous y êtes parvenu, il faut encore se souvenir que la photo que vous aller capter n’aura pas la même taille que ce que vous avez vu !

Eh oui, l’objectif est fixe, il ne suit pas votre vision totalement.

Ensuite, pas évident de s’y retrouver dans les codes du minuscule écran LCD.

Et il est quasi impossible de savoir si on a pris la photo, à moins de regarder ledit minuscule écran. Pas pratique.

En résumé : un gadget qui fera sourire les enfants, tout au plus.

Ah oui, un dernier mot au sujet de la partie « informatique », les pilotes sont prévus pour Windows 98, ME 2000, XP, Vista ou Windows 7.

Ça ne nous rajeunit pas !