Aller au contenu principal

Le Kodak Brownie Starlet Camera

Franchement, souvent j’évite ces appareils car il me semblent tellement datés et tellement simples. De plus, tout en plastique, ils ont souvent souffert et sont fêles, les accessoires tordus quand ils n’ont pas disparus.

Mais voilà, au détour d’une caisse dans une brocante, je vois une sacoche en cuir en assez bon état …

« Humm, un Kodak, bon voyons voir … » et j’ouvre l’étui dans lequel se niche un tout petit appareil, presque un jouet.

N’était-ce qu’il avait été remis dans son « sac tout prêt » à l’envers, il est en bon état et presque propre. Je m’enquiers de son prix, que je négocie, presque par réflex et me voilà propriétaire d’un Kodak Brownie Starlet Camera.

Ce jour là, j’ai aussi emporté un Olympus AZ 230 SuperZoom que vous découvrirez plus tard.. Un peu plus de 20 ans séparent ces deux appareils mais j’ai l’impression que cela fait des siècles tellement le Kodak est dépouillé.

Même à son époque, il était d’une simplicité déconcertante ! Dites vous qu’il est contemporain des Yashica Electro,, d’un Ricoh 35, d’un Leica M2. Il a vu le jour en 1957 et fut produit jusqu’en 1962.

Bref, un appareil fidèle à la philosophie de Kodak « clic-clac, c’est dans la boite ».

Si, à notre époque, je trouve simplissime ce type d’appareil, il devait répondre à une demande, un besoin, déjà, de se simplifier la vie avec un minimum de réglages pour de relativement bonnes images.

La famille des « Star » (Starflex, Starflash, Starlux, Starmatic, Starmite, Starmeter et consort) a été vendue à plus de 10 millions d’exemplaires entre 1957 et 1962. Si les formes changeaient un peu, le fond restait le même et près de 127 appareils différents se sont déclinés sur le même thème.

Mais voyons de plus prêt ce drôle d’engin à photographier et pour le comprendre, nous allons faire un bref détour par l’histoire extraordinaire de ce fabricant qui a révolutionné la photographie.

En 1881, Georges Eastman abandonne son travail dans une banque pour créer sa société. Féru de photographie, mais sans bagage en chimie, il met au point un procédé révolutionnaire de « plaque sèche » bien plus pratique, facile à utiliser et transporter que les anciennes plaques dites « humides ».

C’est ainsi que nait la Eastman Dry Plate Company avec Henry Strong comme associé.

Après ce premier coup de génie, il en assène un second en créant, en 1888, le premier film souple transparent et un appareil, qui le contient, une boite rectangulaire toute simple baptisé « The Detective » et que les photographes doivent renvoyer à la firme pour qu’on y développe le film (environ 100 photos).

L’appareil, rechargé en usine, repart avec un nouveau film et les épreuves tirées.

C’est aussi la naissance d’un slogan devenu célèbre : «You press the button, we do the rest» (Vous appuyez sur le bouton, nous faisons le reste).

Georges Eastman était aussi un génie du marketing et c’est lui qui a inventé le mot « Kodak », qui peut se prononcer dans toutes les langues … sans avoir la moindre signification !

Kodak, c’est court, c’est dynamique et ce nom va bientôt être présent partout dans le monde, tant avec ses films, la chimie pour les développements et les appareils, toujours simples d’utilisation et peu onéreux.

Bref, Georges Eastman a conquis le monde en proposant des solutions simplifiant la vie des photographes, rendant celle-ci très accessible et favorisant la vente tant des films que des appareils et tous les accessoires.

Las, l’histoire eut une fin digne de la taille de l’entreprise : après avoir raté le coche du développement instantané (Kodak n’avait pas retenu la proposition d’Ewin Land, inventeur du … Polaroïd), ils ont essayé de copier le procédé, ce qui leur vaudra une amende record de 3 milliards de dollars, ils ont raté le marché du numérique alors que c’est eux qui ont inventé en 1975 le procédé (Steve Sasson – création du prototype baptisé «film-less photography» qui affichait une définition de… 0,01 megapixel) en le mettant dans un tiroir, de peur de perdre leur quasi monopole du film argentique, qui leur faisait gagner des fortunes !

Bon, revenons à notre drôle de Kodak Brownie Starlet Camera.

Il est en plastique moulé, avec un viseur à vision directe ou tunnel de Galilée (ce n’est pas un télémétrique, plutôt un fix focus = une focale, une visée)

Comme souvent chez Kodak, il fut fabriqué en France, aux Usa, en Australie et au Canada, avec quelques subtiles différences que seuls les vrais collectionneurs affectionnent (des logos pas mis aux mêmes endroits, des plaques signalétiques légèrement différentes, bref, de quoi jouer au Sherlock Homes pour s’y retrouver).

Sur l’original, on pouvait fixer un flash sur le côté, grâce aux contacts à broche et à vis placés sur la tranche gauche de l’appareil. Là aussi avec des variantes spécifiques selon les pays.

Kodak Brownie Starlet (capot superieur strie)
source : Collection-appareils

Techniquement, difficile de faire plus « a minima » :

  • viseur de Galilée
  • objectif à ménisque de marque Dakon
  • Obturateur rotatif Rotary (ça ne s’invente pas !)
  • armement par molette sous l’appareil
  • déclencheur à poussoir sur le côté de l’objectif
  • deux réglages d’ouverture : un pour les films couleur (13) , le second pour les films en N/B (14)
  • mise au point de 1,2m à l’infini (14) ou 1,5m à l’infini (13).

Le film utilisé est en 127, qui donne des images carrée de 4×4 cm.pour cet appareil. Le film autorise 12 vues.

Le 127 est apparu dans les années trente. C’est un film en rouleau, comme les 120 ou 620, créé pour permettre de diminuer la taille des appareils. Pendant longtemps, ce fut toutefois le 120 qui eut la faveur du public et surtout des professionnels, bien que le 135 (le 24×36) s’impose dans les télémétriques, petits et légers. Cette simplification des appareils photos fut encore accélérée par la fabrication de boitiers en plastique (l’autre « nouveauté » de ces époques), qui permettait en outre d’abaisser fortement les coûts de fabrication, donc de vendre plus d »appareils, plus de films, … n’oublions pas que Kodak était avant tout un fabriquant de films !

Hélas, son « âge d’or » fut de courte durée. En fait dès l’apparition des appareils compacts et bon marché qui utilisaient les cartouches du film en 135, encore plus facile à utiliser et permettant des appareils encore plus petits.

Si le 120 perdure encore de nos jours, le 127 a quasi disparu. Au grand dam des possesseurs de Yashica 44 (un chouette petit TLR)) ou de Baby Rolleiflex, par exemple et bien sûr de tous les Kodak Brownie qui l’utilisent..

Si vous en cherchez, j’en ai trouvé chez Fotoimpex, sous la marque Rollei (qui n’en fabrique plus mais pose sa marque sur des films « produits blancs » d’autres fabricants).

Et pourtant, si vous regardez bien la chambre, comme sur l’Agfa Clac, elle est incurvée, ceci afin d’assurer une meilleure netteté des images. Un petit mécanisme empêche de faire des doubles expositions par mégarde. La construction du couvercle, par emboitement, assure une bonne étanchéité à la lumière.

Pas de réglages de distances, c’est un fix focus, qui assure une bonne netteté, comme dit plus haut, de 1,2m à l’infini.

Ce boitier était, semble-t’il, destiné aux jeunes et en tout cas aux personnes qui n’avaient pas envie de devoir « tripoter » leur appareil pour faire une photo.

En fait, vous ouvrez le sac tout prêt (dans lequel vous pouvez gardez l’appareil pendant la photo), vous visez, vous réglez selon le type de film (couleur ou N/B) et vous abaissez le levier rouge sur la droite de l’objectif : clic, la photo est dans la boîte.

Si vous l’avez remarqué, un film était encore dans l’exemplaire que j’ai acheté.

« Chouette, me suis-je dit, des photos oubliées anciennes ! » Las, le labo n’a rien pu tirer du film, trop vieux et sans aucun doute stocké dans de piètres conditions.

Ceci étant, ce qui m’agace un peu, c’est que j’ai cherché partout des infos sur la focale (un 35mm ?) et je n’ai rien trouvé, ni sur la vitesse unique de l’appareil. Les ouvertures sont notées 13 et 14 et je peux donc penser qu’il s’agit de f13 et f14.

Je dois me borner à en déduire qu’elle ne doit pas être bien rapide, ni l’ouverture très grande car le mode d’emploi spécifie « ne photographiez pas de sujets en mouvement » !

Bref, ce Kodak Starlet Camera, outre son aspect très ludique reste un appareil facile à manipuler : une fois le film mis en place, vous visez et vous tirez. Après avoir répété 12 fois l’exercice, vous déposez le film dans votre labo favoris pour contempler le résultat quelques jour plus tard..

Si vous en trouvez un en bon état, ne dépensez pas plus de 15€. Le film ne présente pas de problème majeur puisque vous pouvez encore en trouver. Il ne vous reste plus qu’à le sortir dans vos balades, si possibles ensoleillées pour en tirer le meilleur parti, quoiqu’il faille se dire que les films modernes sont plus rapides et améliorent considérablement le confort de prise de vue.

Bon amusement, bonne découverte car dites-vous bien que ce genre d’appareil a rempli des millions d’albums photos à travers le monde.

source : BrownieCam

La publicité a toujours joué un grand rôle dans l’histoire de la marque, la rendant omniprésente, incontournable, sur n’importe quels continents !

https://i0.wp.com/www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/images/1276172862.jpg?w=695&ssl=1
source : Collection-appareils, Sears 1958.
https://i1.wp.com/www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/images/1240988439.jpg?w=695&ssl=1
source : Collection-appareils, Photo-Plait 1960
https://i1.wp.com/www.collection-appareils.fr/gestion_catalogue/images/1312293137.jpg?w=695&ssl=1
source : Collection-appareils, Grenier Natkin 1960

petite video d’illustration

Pour le mode d’emploi, c’est par ICI

Des références : https://collectionappareilsphotos.com/2017/06/13/kodak-brownie-starlet/, https://www.collection-appareils.fr/x/html/page_standard.php?id_appareil=298, https://www.collection-appareils.fr/x/html/page_standard.php?id_appareil=448, https://www.greelane.com/fr/sciences-humaines/histoire-et-culture/george-eastman-history-of-kodak-1991619/, https://www.innastudio.com/tech/eastman-kodak-company-lhistoire.html, https://www.capital.fr/economie-politique/kodak-splendeur-et-decadence-d-un-empire-913548, https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_127 en français, https://camerapedia.fandom.com/wiki/Kodak_Brownie_Starlet, https://www.browniecam.com/, https://www.brownie-camera.com/39.shtml en anglais

2 réponses »

  1. Ah ! Kodak et ses publicités mémorables…
    Ton article m’a fait penser que j’ai conservé un vieil appareil Kodak dans un tiroir. Je viens de le retrouver et il est devant moi. Je me souviens avoir fait mes premières photos avec, lors d’une sortie de classe (primaire, je crois). Mes premiers modèles étaient des poules et des lapins. Je garde cet appareil comme un précieux témoignage de mon enfance, un cadeau de mon père.
    C’est un Instamatic 233 dans son boîtier plastique imitation cuir, en parfait état de marche. Je n’ai aucune idée de sa cote sur le marché, mais pour moi, il est inestimable. 🙂
    Bonne soirée, Jean-Pascal.

    • Bonjour Phil, Stricto sensu, la cote des Kodak n’est généralement pas élevée, produits à tant de millions d’exemplaires, souvent simples d’utilisation … et pourtant, cette boite géniale a quand même ouvert la pratique à tant de gens que tout le monde (ou presque) a un jour eu un Kodak en mains ! Et il y a tant d’albums photos faits d’images issues de boitiers Kodak, souvent déjà des grands parents, des parents, enfant et petits enfants ensuite et ça, comme tu le soulignes si bien, ça n’a pas de prix, sauf celui du cœur, des histoires familiales, de tous ces moments à jamais disparus et qu’un tout petit appareil tout simple à permis de garder à jamais. Gardes le bien, il est précieux ce petit Instamatic 233. Mes amitiés.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 39 854 visites
%d blogueurs aiment cette page :