Aller au contenu principal

L’autofocus le plus rapide du monde …

Et il est …manuel !

Les deux termes sont l’hyperfocale et le « zone focusing », ce dernier que l’on pourrait traduire par zone de netteté. C’est dire que nous allons, avec cette technique, tenter de déterminer, à l’avance, une plage de netteté, dans laquelle nous essaierons de placer notre sujet (enfin, le but, c’est d’y arriver !).

En fait, nous allons faire la mise au point, mais … avant de cadrer et de viser. Le but étant d’évaluer avec la meilleure précision possible la distance à laquelle va se trouver le sujet de notre image. Sachant que dans une photo, il y a un peu de flou devant et derrière ce sujet, mais entre ces deux zones, tout est net. Et c’est dans cet espace que nous allons placer notre sujet.

Avec ce principe, nous ne faisons pas de uniquement de l’hyperfocale, dont le principe est très proche. Parce que nous ne chercherons pas toujours à être net jusque l’infini. Non, nous cherchons à être net dans une zone utile, à la profondeur qui peut être variable, mais qui ne dépasse pas quelques mètres. Ce qui permet de détacher notre sujet principal du fonds.

Génial, et ça marche comment ?

Tout d’abord ce principe sera très utile en photo de rue ou de reportage, surtout si vous travaillez en argentique ou lorsque votre autofocus à toutes les chances de patiner dans la semoule (ou sera trop lent !). Personnellement, je l’utilise quand je sors mes vieux télémétriques car là, forcément, c’était avant l’idée même que l’autofocus n’existât un jour.

Vous utiliserez ce principe avec – surtout – d’anciens objectifs qui ont la chance d’avoir une échelle de profondeur de champ gravée sur leur fut. Et tant que nous parlons objectif, sachez que ce principe fonctionne à merveille avec des grands angles (35 mm min en 24×36, le 28 mm étant l’idéal), parce que les courtes focales offrent une profondeur de champ suffisante, notamment autour de f5,6/8.

Encore, pensez à débrancher votre autofocus si vous utilisez ce principe car il essaiera sans doute de faire la mise au point là où vous ne voulez pas et travaillez en mode priorité à l’ouverture, qui permet le choix du diaphragme offrant la profondeur de champ souhaitée. Ça c’est pour ceux qui utilisent un appareil numérique.

Pour les autres, foin de tout ça, vous sélectionnez la vitesse avec votre cellule à main en fonction de l’ouverture choisie et puis vous regardez votre objectif :

Explication des images :

en premier lieu, l’hyperfocale :

  • si vous sélectionnez une ouverture de f8 sur le 35mm, vous placez la bague des distances pour que l’infini coïncide avec le chiffre 8 (flèche rouge) et vous verrez que le second 8 se situe vers 2,3m (flèche verte). Ce qui veut dire que vous serez net entre 2,3m et l’infini avec un objectif de 35mm ouvert à f8. Si vous placez votre sujet dans ces distances, il sera net et plus vous le placerez vers le milieu de cette plage, mieux il se détachera du fonds.
  • remarquez que pour un objectif de 50mm, en ouvrant à f22, vous serez net de l’infini (flèche rouge) à environ 1,7m (flèche verte). Mais si vous ouvrez à f8 comme avec le 35mm, vous serez net de l’infini à 5m seulement. Plus votre focale sera « large » – soit 35mm et mieux 28mm – plus votre latitude de netteté sera grande.

en second lieu, le principe du zone focus :

  • et ça fonctionne pour n’importe quelle autre distance : si vous regardez la dernière photo, l’ouverture choisie est de f5,6 : de part et d’autre du repère triangulaire noir, vous serez net d’environ 11 m (flèche rouge) à 2,4m (flèche verte)

En résumé, il vous suffit, avant de commencer vos prises de vue, de sélectionner l’ouverture qui vous offrira la plus grande plage de netteté, tenant compte de la vitesse que vous devrez utiliser pour éviter les flous (voir votre cellule à main). Et – mais c’est ce qui vous demandera des essais-erreurs – vous essayerez de placer votre sujet dans ces distances.

Cela demande un peu de pratique mais cela vous évitera, lorsque vous devez agir rapidement, de pouvoir réagir et ne pas rater la photo désirée.

Pour la petite histoire, c’est la technique que j’ai utilisée lors de mes essais des Zorki 1c, Leica IIIf, Leica M3 et M5, du Canon P. Parce que les viseurs du Zorki 1c et du Leica IIIf sont un peu difficiles, et même si ceux des Leica M et du Canon P sont beaucoup plus confortables et rapides, on manque parfois de temps pour effectuer une mise au point précise, dans le feu de l’action. Je vous mettrai les résultats lorsque j’aurai pu faire développer les films.

Comme d’habitude, des liens pour voir plus loin et ici, en images : https://www.youtube.com/watch?v=idaIzAnctf8 et la suite, https://www.youtube.com/watch?v=AMBuM5WKoZs, en français, puis https://www.youtube.com/watch?v=099t7rDQruA et https://www.youtube.com/watch?v=6vueOfDr4sQ en anglais.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 22 094 visites
%d blogueurs aiment cette page :