Brrr… premier petit matin frisquet entre brouillard et fine pluie … bref, un matin de brocante d’octobre.

Merci Decatlon pour tes petits pulls pas chers et vraiment chauds et – surtout – le petit blouson imperméable car la fine pluie fut bientôt averse soutenue, au grand dam de certains exposants un peu imprévoyants et qui n’avaient pas pensé à prendre des bâches pour couvrir leurs étals.

« Mais pourquoi il nous parle de ça plutôt que de son appareil ? » Parce que j’en profite pour faire une mise en garde quand vous achetez en brocante. En effet, sur au moins trois stands, j’ai vu des appareils prendre eau de toute part sans émouvoir le moins du monde les vendeurs qui, l’averse passée, les ont juste un peu essuyés.

Pas certain que le Canon T70, le Pentax et le Minolta 101 SRT aient apprécié !

Quand je vous écrivais que les vendeurs avaient peu de respect pour nos vieilles machines … mais cela suppose que vous devrez faire deux fois plus attention lors de l’achat d’un appareil sur brocante. Démontez les objectifs pour traquer les traces d’oxydations, les coulées; ouvrez les dos pour faire les mêmes recherches (mousse gorgée d’eau ou moisie); ouvrez les compartiments des piles (humidité ?), surtout s’il y a eu une petite averse avant votre passage sur le stand.

Regardez les bacs du vendeur : ont ils pris la pluie ou ont-ils été protégé; le vendeur fait-il attention à ce qu’il vend (bien rangé ou « brol » indéfinissable dans des caisses en carton)?

Regardez ses autres articles, ont ils déjà pris l’eau (résidu d’eau) ou est il équipé qu’une bâche ?

Vous ne serez jamais à l’abri d’un vendeur peu scrupuleux mais essayez, dans la mesure du possible de vous prémunir d’une mauvaise surprise en adoptant ces quelques précautions.

Pour le reste, je vous renvoie ICI pour mettre toutes les chances de votre côté.