L’Hanimex 35 SF

C’est bien évidemment encore au hasard d’une caisse dans une brocante que je me suis baisé pour pécher ce petit compact, à mon avis, très typé année 80.

Petite vérification rapide, il ne manque rien, un peu de traces d’oxydation sur les contacts des piles, mais rien de bien méchant, le dos s’ouvre bien, verrou intact.

Allez, petite négociation et il atterrit dans le sac à dos.

Reste à trouver des infos à son sujet car, de mémoire, Hanimex était le nom d’une société créée par Jack Hannes pour importer en Australie des appareils photographiques européens. L’origine du nom est l’abréviation de “Hannes Import Export”. Cet importateur, comme son homologue allemand Quelle, re badgeait des appareils sous sa marque.

D’abord des appareils allemands (Dacora, Fineta, p.ex.) et est-allemand (Pentacon), quelques japonais (Topcon) puis divers appareils et accessoires chinois.

Ceux qui ont plus de vingt ans se souvienne sans doute de cette marque, présente avec des 35mm, des 110, quelques reflex re badgés, des objectifs, des zooms, des flashs, etc. In fine, l’entreprise sera absorbée par Fujifilm Australia en 2004.

Alors, pour tout vous avouer, je n’ai trouvé qu’un minimum d’infos sur Collection-appareils.

Bon, c’est un début. Cet appareil est sorti en 1985.

Pourquoi l’ai-je pris ?

Parce qu’il me rappelait vaguement des appareils assez semblables que je vous ai présentés. Je songe notamment au Canon MC ou au Canon Snappy 20, le Ricoh TF-900, le Ricoh FF-70, voire l’Olympus AF-1 ou même un Olympus Trip MD.

Il semblerait être basé sur le Halina Flash 300, qui a donné naissance à un Hanimex 35 S, c-à-d. le même que celui-ci mais dépourvu des LED de sur ou sous exposition car sans posemètre.

Donc, notre Hanimex 35 SF est un “point and shot” avec un objectif fixe de 35mm ouvrant à f4,5. On ne peut modifier que la sensibilité du film, le reste est affaire de l’appareil.

De fait, ce petit boitier est tout automatique : lorsque vous placez le film dans la chambre, en refermant le dos de l’appareil, il charge ce dernier et l’amène à la première vue.

Ensuite, vous réglez la sensibilité du film, grâce à une réglette graduée de 100 à 400 Iso.

Et pour prendre une photo, vous visez, vous estimez l’ouverture souhaitée en fonction de petits symboles tels que soleil, nuage, sombre, besoin de flash, etc. et vous appuyez sur le déclencheur.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Hanimex-35SF-8-1024x681.jpg

La cellule est bien visible, à côté du viseur, le petit cercle.

Si l’exposition est trop basse, une LED indique que vous devez mettre le flash en route. Une LED verte indiquera quand celui-ci est chargé.A

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Hanimex-35SF-6-1024x681.jpg

Et c’est tout !

L’appareil détermine la meilleure ouverture et la meilleure vitesse (maximum 1/125s semble-t-il) en fonction de la sensibilité du film et de la lumière ambiante (ah, le fameux “triangle d’exposition” mis en équation !)

Le viseur est clair sans être exceptionnel. Seul le cadre est indiqué, avec deux lignes pour la correction de parallaxe. Pas de rappel de la vitesse ou de l’ouverture, c’est un appareil clairement dédié aux amateurs qui ne veulent pas se compliquer la vie !

Petit, agréable à prendre en main, notamment grâce au petit bossage à l’avant droit, qui abrite les deux piles AA, c’est typiquement le petit compagnon qu’on glisse dans un sac, pour le cas où ….

Il bénéficie quand même de quelques aménagements utiles, comme le volet de protection de l’objectif, coulissant, et d’un compteur de vue, curieusement placé sous l’appareil et d’un filetage pour l’installer sur un trépied (oui, enfin, il n’y a pas de retardateur).

Que retenir de ce petit Hanimex 35SF ?

Paradoxalement, qu’il est assez rare et donc “collectionnable” même si je persiste à penser qu’il serait mieux dans une poche ou un sac, chargé d’un film.

Si vous en trouvez un en (très) bon état, ne dépensez pas plus de 20€. C’est évidemment un appareil d’entrée de gamme, tout en plastique, qui a son petit charme mais sans plus.

Des références : https://en.wikipedia.org/wiki/Hanimex, https://filmphotography.eu/en/hanimex-35s/ en anglais; https://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-1139.html en français.

8 commentaires sur “L’Hanimex 35 SF

  1. Bonjour,
    Dans cette série j’ai le 35RAS avec codage DX pareil

    • Holala, Serge, sorry mais tu me tentes : RAS de plus alors sur ce petit appareil !
      Bon, je sais, c’était facile … Mes amitiés.

      • MDR ! il ne fonctionne pas sans les piles 2AA ou LR6 et possède un Fill Flash pour les photos plein jour, compteur de vue sous l’appareil un classique des années 80

        • Sérieusement, j’ai été voir à quoi ressemblait ce 35 RAS, que je ne connaissais pas et, par rapport au modèle de l’article, il est effectivement très proche. Juste quelques corrections esthétiques. Un bon petit appareil de cette époque, qu’on glisse dans une poche et que l’on sort pour une photo familiale. Du simple et de l’éprouvé. Toutes mes amitiés Serge.

          • Je t’enverrai bien sa photo mais apparemment pas possible sur la messagerie World. Dans ces années là nous étions heureux avec pas grand chose, je viens d’acquérir un EOS 1 des années 90 je vais le tester avec les EF de série L j’ai hâte de le recevoir aussi j’ai récupérer un superbe Panasonic C-500AF un compact sympa aussi, je n’ai pas de mal a trouver les pellicules chez Nation-Photo de Paris, la collection s’agrandie !
            A+ amitiés !

            • C’est vrai, les petits compacts de ces années-là faisaient le plaisir du plus grand nombre. L’Eos 1 avec un série L oui, mais pas trop moderne le caillou. Les nouveaux sont prévus pour les numériques à grands capteurs ultra précis et ça risque de ne pas bien donner avec un film, moins défini. Mais à tester. Bon amusement Serge.

            • J’ai essayé un 24-70 L avec le EOS 1 le contraste est violent mais ça le fait ! celui que tu aimes bien le 28-70 dans un de tes articles on le trouve à 60€ pas énorme mais surement plus adapté

            • Bonjour Serge, ben oui, les nouveaux objectifs sont “tranchants”, pour répondre aux besoins des capteurs qui sont moins “modulables” que la dynamique des films (la chimie est plus souple que le ON/OFF numérique). Et comme tu le fais justement remarquer, les anciennes séries L deviennent abordables sans avoir perdu de leurs qualités, adaptées aux anciens boitiers. Belle journée.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal
%d blogueurs aiment cette page :