Le Canon Prima 5

Si vous cherchez un petit compact facile, léger, sans chichi, je crois que celui-ci va répondre à vos attentes.

Comme d’habitude, il s’appelle Prima 5 en Europe, Sure Shot Max aux USA et Autoboy Mini au pays du soleil levant.

Pour une fois, le nom américain est le plus parlant : « sure shot max » que nous pouvons traduire par « impossible de rater sa photo » – bon, ok, c’est très littéral !

Mais juste car avec lui, pas de complications inutiles : vous chargez une batterie CR123 de 3V dans le compartiment, vous placez un film dans la chambre, en tirant la languette jusqu’au repère (en vérifiant que le film est bien sur les roues dentées d’entrainement), puis vous fermez le dos.

C’est tout, il est prêt !

De fait, il va charger le film jusqu’à la première photo, lire le code DX de la cartouche et régler sa cellule (de 25 à 3200 Iso), armer le déclencheur et vous inviter à faire votre prise de vue. il vous suffit de pousser le curseur sur le tour de l’objectif pour le mettre en batterie.

jpg/canon_prima_5_IMG_0572.JPG

Source : 135compact

C’est le minimum syndical des appareils des années nonante (il est sorti en 1991), mais on lui demande juste de faire des photos, et il le fait bien.

Son optique est un 38mm ouvrant à f3,5, une focale fixe mais dotée de l’autofocus. Ce n’est pas vraiment un grand angle mais il est un peu plus large qu’un 50mm. Très passe partout.

Son obturateur, électronique, travaille de 1/8s à 1/250s (et de 1/60 à 1/250 en synchro flash), ce qui est amplement suffisant.

Au niveau des commandes, vous ne serez pas distrait pas une tonne de boutons ! Il y en a trois :

  • le déclencheur,
  • le retardateur (10 secondes)
  • le curseur pour couper le flash, le mettre en auto ou OFF

Notons qu’en position « auto », le flash lance des minis-éclairs pour essayer d’éviter les yeux rouges de vos sujets.

Ah, il y a encore un compteur de vues, qui se remet à zéro automatiquement, et un filetage pour un trépied en dessous.

Voilà, voilà …

C’est du « tout plastique » mais assemblé avec soin et les plastiques sont de qualité.

Sauf le crochet de la porte de pile, qui a tendance à casser et qu’on répare souvent d’un bout de gaffer. Ça n’a jamais empêché de faire des photos.

Que retenir de ce petit appareil au look sympa ?

Sa taille et sa forme, qui le rendent très portable et confortable à utiliser. Son viseur, clair et muni de marquages lumineux pour aider au cadrage, avec correction de la parallaxe. Sa relative discrétion ensuite, qui en fait un petit boitier qu’on peut emmener partout, y compris au musée puisque vous pouvez déconnecter le flash.

Si vous en trouvez un avec sa house d’époque, après avoir vérifié que la pile n’a pas coulé, que son compartiment ferme bien, ne dépensez pas plus qu’un billet de 10€, vous ne le regretterez pas.

Petite pub d’époque

Source : collection-appareils, Foto-Quelle 1993-94.

Des exemples de photos prises avec cet appareil ICI.

Video d’illustration

Des références : https://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-12331-Canon_Prima%205.html, en français; https://www.photo-foto.eu/canon/canon-prima-5/, en allemand; https://www.135compact.com/canon_prima_5.htm, en anglais

2 commentaires sur “Le Canon Prima 5

  1. Je savais bien que ce petit Canon me rappelait quelque chose ! J’ai le Prima super 105,ça doit être plus ou moins pareil …?

    • Bonjour Ariane, le tien est plus récent, avec un zoom que celui-ci ne possède pas. Mais ça reste d’excellents petits compacts, très passe-partout et fiables. Bien cordialement.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :