Aller au contenu principal

Premières sorties avec le Lumix GX80

Hé oui, sorties avec « s » car je l’ai baladé deux fois, histoire de voir se qu’il vaut sur le terrain.

Tout d’abord, une brocante, à Enghien et ensuite à Lille. Deux sorties par beau temps, un peu de foule et beaucoup de … masques, vilain virus oblige !

Alors, premiers constats ? Le Lumix GX80 est chouette mais pas parfait ….

Passons aux aspects réjouissants :

  • en mode silencieux, il est absolument … silencieux (obturateur électronique)
  • il tient dans la main, ce qui le rend très discret
  • lorsque le repose pouce est placé, il est très agréable à porter
  • il est très réactif et l’autofocus est rapide, précis
  • selon le réglage choisi, les couleurs sont top
  • monté avec le 14mm (équivalent 28mm en 24×36), il tient dans la poche d’une veste ou d’un short
  • sa construction est qualitative
  • l’écran est très clair, aux couleurs fidèles, avec toutes les infos dont vous pouvez avoir besoin
  • et il est tactile (et très réactif)
  • l’oculaire est doté d’un détecteur, qui éteint l’écran lorsque vous approchez votre œil,
  • oculaire très clair et bien visible
  • vous pouvez paramétrer un horizon (bien pratique si comme moi vous êtes toujours de travers)
  • et vous pouvez paramétrer différents types de grilles pour faciliter la composition
  • le déclencheur à mis course garde la mémoire de l’exposition sélectionnée, ce qui permet un recadrage facilité

Ensuite, ce qui fâche :

  • pourquoi diable indiquer, sur la carrosserie de l’appareil, toutes les fonctions dans un gris si terne qu’en cas de base lumière ou grand soleil on ne sache rien lire ? Des lettres blanches, bien visibles, rendent toujours de bien meilleurs services
  • l’écran est bien défini mais (comme tous les écrans) totalement illisible par grand soleil
  • l’écran se déplie vers le haut et le bas mais pas latéralement, ce qui limite parfois les prises de vues originales – enfin, ça ne les empêche pas mais sans maîtrise du résultat
  • les menus n’ont pas encore la fluidité et la cohérence des produits Canon mais ils sont déjà bien mieux que ceux de Fuji ou Sony
  • l’appareil manque de grip : la poignée avant est trop peu creusée et pas de repose pouce à l’arrière. Il me restait un repose pouce à insérer dans la griffe porte flash et ça change tout !
  • son autonomie est courte, il faut absolument prévoir au moins deux batteries de rechange en cas de sortie un peu longue
  • un traitement tout temps aurait été un must

En conclusion très parcellaire, je pense que c’est un bon appareil. Je vous avoue n’avoir pas encore fait le tri des photos prises mais – promis- j’en poste quelques unes bientôt- ce que j’ai déjà pu apercevoir me semble très bon.

Voilà, je viens de terminer le tri et l’édition des photos avec Luminar 4.3 (28/07/2020) Je vous les livre en partie, le reste sera sur mon autre site, dédié à la photo de rue et sur le compte Flickr.

Et, en résumé, tout le bien que je pensais de ce petit Lumix s’est confirmé. Je n’ai pas dû corriger beaucoup les fichiers RW2, les couleurs étaient bien équilibrées, les tons justes, les hautes lumières bien maîtrisées, tout comme les ombres.

Je ne regrette pas cet achat, il répond à mes attentes, même si la perfection n’est pas de ce monde.

Le Lumix DMC-GX80 (c’est son vrai nom complet) va rejoindre mon sac « spécial photo de rue », ou une poche si j’ai envie de voyager très léger !

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 41 627 visites
%d blogueurs aiment cette page :