Si vous vous en souvenez, j’ai commis un article sur ces drôles d’appareils. Vous les retrouverez ICI, LA et LA

Pour tester Le Diana, à l’époque Covid où les magasins « non essentiels » (dont le labo qui développe mes films) étaient fermés, j’avais placé le dos Instax mini.

Qu’en penser ?

Honnêtement, il faisait beau et j’avais envie/besoin de sortir. J’ai donc fais des tas d’essais, plus ou moins réussis avec le dos Instax.

Quelques remarques toutefois : c’est difficile à appréhender quand on a l’habitude d’appareils avec un minimum de réglages car ici, c’est encore plus basique. Mais on s’y fait …

Les résultats sont – vraiment – aléatoires et on en arrive vite à se dire que le coût de l’Instax va devenir un frein, à moins de faire plus attention.

Et puis, c’est du « mini ». Franchement, j’aurais plus apprécié du « wilde » ou du « square » (large ou carré) plus proche dans l’esprit à la pellicule destinée au Diana, à savoir le rouleau de 120, qui donnera des photos en 4,2×4,2 (16 vues) ou 4,65×4,65 (12 vues).

J’ai d’ailleurs acheté ensuite un Lomo Instant Wide… qui sort du papier large. Prochain article en vue.

Et puis, il y eut le Holga, tout aussi basique, que je n’ai pas encore eu l’occasion d’essayer. Autre article en vue …

Mais j’en suis venu, in fine, à me poser une question finalement essentielle : et si je mets quelques euros de plus, aurais-je pas un meilleur résultat ?

Parce que, soyons réaliste, un Diana F+ c’est quand même 79€, le Holga 120, c’est 34,90€ et le Lomo Instant Wide, 170€, le Lubitel 2+, 169€.

Avec la certitude que les résultats seront tous aléatoires et donc parfois coûteux en film car tout ne sera pas exploitable.

J’ai donc été faire un tour sur la grande Toile pour essayer de trouver des alternatives, abordables, qui devraient donner de meilleurs résultats.

Il n’y a pas foule, d’accord, mais les brocantes vont revenir et ce sont des appareils qu’on y voit souvent.

Voici ma petite liste. Tous ces appareils utilisent le format 120.

  • Agfa Clack, tout métallique et super léger, bien construit, que vous pouvez trouver pour 20€
  • Agfa Isola II, très bien construit, avec 3 vitesses et 2 ouvertures, peu encombrant (l’objectif se replie rapidement) lui aussi à trouver pour une vingtaine d’euros
  • Ultra Fex, tout en bakélite, avec 2 vitesses plus pause B, l’objectif se rétracte aussi, encore une vingtaine d’euros
  • Bilora Bella 66 Standard, en métal et plastique, 2 ouvertures, une vitesse et un amusant déclencheur sur le côté de l’objectif, pas plus de 15€
  • Agfa isoly I et II, en plastique, 2 vitesses plus pause B, une ouverture, un guide film qui assure de très bonnes photos (planéité), pas plus de 15€
  • Zeiss Ikon Ikonta, un folding (avec soufflet) doté d’un objectif Novar-Anastigmat de 75 mm f/3,5 dans un obturateur Prontor-S capable d’atteindre des vitesses allant jusqu’à 1/300 s, prévoir maximum 60€
  • Franka Solida Record T, tout en tôle, mise au point par zones, deux vitesses, pas plus de 15€
  • Kodak Retinette IA, en tôle, avec un objectif Angénieux et un astucieux réglage de la vitesse, aussi autour des 20€
  • Lubitel 2, un appareil bis-objectifs, en bakélite, le vrai. Pas si mauvais qu’il en à l’air mais vérifier qu’il ne soit pas fendu. Prix maximum 40€
  • Lubitel 166, Lubitel 166B et Lubitel Universel, en plastique, certain avec compteur de vue et couplage de l’obturateur, possibilité d’utiliser des caches pour changer les prises de vue. Prix 100€
  • Sem Semflex Standard, un autre appareil bis-objectifs, avec un objectif Berthiot, vitesses de 10s à 1/250s, autour des 120€
  • Zeiss Ikon Ikoflex, tout métal, très bien construit, optique à formule Tessar, du très beau. Compter dans les 150€
  • Meopta Flexaret V, tout métal, lui aussi très bien construit, moins connu. Autour des 125€
  • Voigtländer Vitoret, tout métal, une carrosserie en rondeurs, l’entrée de gamme chez un constructeur prestigieux. Autour des 15€
  • Voigtländer Vio CLR, tout métal, un magnifique télémétrique avec une cellule, construit pour durer. Pas plus de 40€
  • … la liste est loin d’être exhaustive et en cherchant bien, vous trouverez d’autres références, je n’en doute pas.

Que vous dire de plus ?

Soyez curieux et « écologiques » : pourquoi refabriquer des appareils en plastiques alors qu’il en existe encore de milliers en très bon état, souvent en métal, qui ont fait le bonheur de vos grands-parents ou parents et qui n’attendent que votre envie pour reprendre vie.

Pas de pile, pas de cellule (ou presque), rien que de la mécanique qui a fait ses preuves. En n’oubliant toutefois pas que certains ont plus de 60 ans et que vous ne savez pas comment ils ont été traité, avant. Un minimum d’attention lors de l’achat vous évitera toutefois bien des désagréments et vous offrira encore des années de plaisir.

Vous le savez, j’aime bien les gens de chez Lomography car ils décomplexent la photo argentique et vous donnent envie d’essayer des tas de combinaisons amusantes, par exemple avec leurs films aux couleurs audacieuses ou au rendus spécifiques.

Mais laissons leur les films, les appareils, il y en plein à essayer. Même si je reconnais qu’ils « améliorent » souvent les appareils copiés, pour offrir plus de possibilités (surimpression p.ex.). Toutefois – ils vont m’en vouloir – quittons un peu l’esprit « bobo » et lançons-nous de vrais défis : faire revivre les appareils des années soixante et septante (au moins) qui n’attendent que nous pour remplir de nouveaux albums aux charmes discrets mais efficaces, qui donnent envie de partager des bons moments, entre amis, en famille.

Soyez raisonnable, faites-vous plaisir et tentez l’aventure avec un matériel peu onéreux et qui a fait ses preuves.