Si vous vous en souvenez, j’ai déjà consacré un article à ce sujet.

La lecture d’un nouvel encart dans Libération vient enfoncer encore un peu plus le clou.

Alors, si même les « influenceurs » s’y mettent, on n’en sort plus !

Si je décortique un peu l’article de Libération, et les propos de ces « influenceurs », je note que ce qui intéressent les utilisateurs de ces jetables, c’est le côté spontané, la facilité d’utilisation, l’absence de craindre abimer ou perdre son appareil, le « y a pas de réglages » et l’aspect aléatoire des photographies.

Bien, bien, … mais je réédite ce que j’écrivais déjà à l’époque : il y a suffisamment de bons appareils anciens qui répondent à ces « critères » et qui éviteront de gaspiller des ressources énergétiques (il ne faut plus les fabriquer, ils existent déjà !)

Alors, mesdames, messieurs les « influenceurs », réfléchissez un peu et plutôt que de faire la pub (qui les paie) de ces produits « inutiles » et qui augmente la quantité de gaspillage que l’on fait déjà, intéressez vous un peu à l’histoire de la photographie et faites l’éloge de ces appareils qui ont enchanté les années cinquante et soixante, voire encore les années septante, quatre-vingt, tant pour leur robustesse (ils fonctionnent encore), que leur design vraiment « vintage » – au sens strict du terme – et leur simplicité d’utilisation.

Vous en trouverez quelques uns dans les pages de ce blog (rubrique Lomographie ou « les autres ») pour que vous puissiez choisir celui qui vous accompagnera et vous donnera les mêmes frissons que ceux que l’on vous incite à acheter (comptez plus ou moins de 15 à 25€) et à jeter ensuite.

Certes, Lomography essaie de couper la poire en deux et propose des jetables récupérables (?!) mais encore une fois, c’est là une gabegie que l’on peut éviter : des Billora, des Voigtländer Vito, des Agfa Isola, etc. vous en trouverez dans toutes les bonnes brocantes, vides-grenier pour quelques euros, chez vos parents ou grands-parents, pour rien !

Et ils vous accompagneront encore longtemps.

Si mon conseil est souvent de vous faire plaisir et de craquer, faites le intelligemment et sans consommer inutilement.