Aller au contenu principal

Leica M5

Je vous ai déjà présenté le Leica M5 dans la rubrique « télémétrique » (petit comparatif très subjectif…).

Si j’en parle à nouveau (enfin, façon d’écrire !) c’est qu’il rejoins mes appareils pour la photo de rue, en tout cas pour l’instant car je vais le mettre « en compétition » avec le Leica M6.

Pourquoi les opposer ? Le Leica M5 a été le premier de la marque à intégrer une cellule, fiable, mais en 1973 l’électronique n’avait pas encore atteint le degré de miniaturisation que nous connaissons de nos jours. Ce qui imposa un choix douloureux aux ingénieurs de Wetzlar car le M5 rompait avec la tradition du M3, petit, (relativement) léger : il est plus grand d’environ 1,5cm partout, ce qui est conséquent. Mais il fut pensé dans la bonne tradition de la marque, pour durer, malgré un haut degré de sophistication. Et, même si ce n’est pas ce qui saute immédiatement aux yeux, avec une certaine réflexion au niveau de l’ergonomie de l’appareil.

Un exemple ? Cette idée bizarre de mettre deux attaches de portage sur un seul côté de l’appareil, qui le fait pendre verticalement. Hé bien, aussi étrange que cela paraisse, ça permet une préhension rapide et presque naturelle de l’appareil. C’est juste que c’est perturbant, au début. Un second exemple ? La roue des vitesses qui dépasse très légèrement du capot, ce qui permet de changer celles-ci du bout de l’index, sans quitter le viseur de l’œil (les infos apparaissant dans ledit viseur).

Comme je l’écrivais lors de ma première sortie avec le M5, je l’ai trouvé très agréable à manipuler, mais je n’en ai pas encore vu le résultat, n’ayant toujours pas pu faire développer la pellicule (fichu confinement !).

Pourquoi l’opposer au Leica M6 ? Parce que celui-là, né dans les années ’80, a su concilier la taille du M3 et l’électronique de la cellule embarquée, en ajoutant au passage un cadre pour le 28mm (pour mémoire, le M5 a les cadres du 35 – 50 – 90 – 135 mm dans le viseur). Ensuite, la nouvelle conception de la cellule lui permet de nouveau d’accepter toutes les optiques M, ce qui n’est pas le cas avec le M5 (la cellule étant montée sur un bras escamotable, les objectifs avec un fût entrant dans la chambre sont prohibés ou il faut installer des « bricolages » ridicules – cf. en bas de page les références de l’excellent site Summilux ). Il concilie donc la technologie inaugurée avec le M5 et le ratio poids/encombrement du M3.

Je ne l’ai pas encore essayé, faute de temps et surtout parce que je sais qu’il me faudra encore un temps incertain pour pouvoir faire développer les films.

Et donc, l’un ou l’autre rejoindra « mes appareils », ceux que je vais réellement utiliser et qui deviennent mes compagnons de photographie.

Au delà, il me faudra encore faire d’autres choix car, comme je l’ai déjà écris, je ne suis pas collectionneur et les appareils que je possède, je les utilise.

Je devrais donc faire un choix, final, entre un des 2 Leica, le Canon P et le Canonet QL 17 GIII.

Tiens, je vais peut-être inaugurer une rubrique « à vendre », qui sait ?

Comme d’habitude, pour en savoir plus sur le Leica M5 http://summilux.net/materiel/Leica-M5 et sur le Leica M6, que je vous présenterai ultérieurement, http://summilux.net/materiel/Leica-M6.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 26 743 visites
%d blogueurs aiment cette page :