Aller au contenu principal

Un appareil « bijou » : le Penti II

Parfois, au hasard d’un tiroir, on redécouvre des appareils anciens, plein de charme et d’histoires.

Celui que je vais vous présenter aujourd’hui à la saveur des histoires familiales, de ces photos conservées précieusement dans les albums que l’on feuillette avec bonheur et un brin de nostalgie.

Il a appartenu à ma belle-mère, que je n’ai pas eu le plaisir de rencontrer mais mon épouse a gardé précieusement ce témoin de ses premiers pas, des rencontres familiales, des évènements fondateurs d’une famille.

Lorsque l’on ôte son « sac tout prêt » en cuir beige, garni de feutrine rouge, on hésite, de prime abord : est-ce un appareil photo ou un de ces petits objets de dame des années soixante (un poudrier, un étuis de maquillage, un petit miroir, … ?)

Non, il y a un viseur et un objectif niché dans un écrin doré finement quadrillé.

Bon, d’abord, de qui s’agit-il ? Je le tourne et le retourne pour trouver une marque. Sur le pourtour de l’objectif, ultra plat, je trouve un mot Penti, suivi des chiffres romains II.

Petit tour sur le site de Sylvain Halgand (décidément incontournable) et je découvre les racines de l’appareil.

Il s’agit d’un Penti II. daté vraisemblablement de 1964. Le Penti fut fabriqué dès 1960 à l’origine par Welta-Kamera-Werk dans l’ex Allemagne de l’Est (RDA) à Dresde. La société Welta sera absorbé par la VEB Pentacon en 1964 alors que cet appareil était encore en production. Ceux qui seront fabriqués après la fusion ont été alors appelé Pentacon Penti II (le logo Pentacom – voir folder ci-dessous – est repris sur le dessous de l’appareil)

Techniquement, il propose quelques particularités intéressantes :

  • le film tout d’abord. C’est une cassette dite « rapid » provenant de l’Allemagne de l’Ouest (Agfa) au format particulier 18×24 – qui n’existe plus – c’est donc un « half frame » ou demi format
  • l’objectif est un Meyer Domiplan f3,5/30 mm en 3 groupes, doré comme le reste de l’appareil mais particulièrement compact
  • l’obturateur donne les vitesses de 1/30 à 1/125s + pause B
  • les sensibilités des films acceptés vont de 15 à 24 Din (soit 25 à 200 Asa) et vous réglez la sensibilité via un petit curseur sous l’objectif
  • sa cellule est au sélénium, couplée. Il faut ajuster une aiguille à une marque assujettie à l’ouverture et la vitesse
  • bague de mise au point de 1m à l’infini
  • le viseur est fixe, avec cadre collimaté et l’appareil tenu à l’horizontale, vous comprenez que c’est un demi format, la fenêtre étant verticale
  • le déclencheur est un gros bouton doré, très doux
  • pas de bouton d’armement classique. En fait, lorsque vous avez déclenché, une tige sort sur le côté gauche de l’appareil et le fait de la rentrer dans le corps de l’appareil fait avancer le film d’une vue et réarme le déclencheur (qui reste de ce fait toujours sous tension)

Je reviens aussi un instant sur la cassette Agfa, dite « rapid ». C’est un type de film qui était réservé à quelques appareils destinés aux amateurs. Connu sous le nom de SL System (Schnell Lade ou chargement rapide en allemand). En fait les cassettes n’ont pas d’axe sur lequel le film s’enroule.

Comme ces cassettes n’existent plus, il devrait être possible de charger, dans le noir absolu, une longueur de film équivalent à 12 vues dans une des cassettes (n’oubliez pas que c’est un demi format, donc vous aurez 24 photos). Pas certain que ce soit efficace car les encoches pour faire avancer le film risquent de ne pas correspondre et il faut découper l’amorce comme montré dans l’illustration ci-dessous..

Ici, je vais prendre une illustration d’un site très intéressant pour vous montrer le principe car il y a toujours un film dans celui que nous avons retrouvé. Sans doute des souvenirs que mon épouse ne veut pas perdre, je la comprends.

En fait, les 2 cassettes sont insérées dans le corps de l’appareil. Il faut tirer une amorce du film, l’amener vers la seconde cassette, qui est tenu par un loquet, et refermer la trappe qui « pousse » sur le film pour assurer son avancement et sa planéité

Très originaux dans leur conception, les Penti ont été conçu par Walter Henning lorsqu’il travaillait chez … Zeiss Ikon mais côté RDA (Allemagne de l’Est de l’après guerre). Finalement, il fut produit par la société Welta et son nom original était Welta Orix (produit exclusivement en 1958). Puis l’appareil devint Penti puis Pentacon Penti. Produit de 1959 à 1977, ces appareils ont été vendu à près de 800.000 exemplaires.

Cet appareil a été conçu comme un véritable accessoire de mode destiné aux dames. Les illustrations de l’époque le présentent comme tel

Pour le mode d’emploi, c’est ICI

Des références : http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-970-Pentacon_Penti%20II.html en français, https://www.mikeeckman.com/2018/12/pentacon-penti-ii-1961/ , https://apenasimagens.com/en/penti-ii-pentacon/, http://www.analogadvocates.com/page/penti en anglais

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 37 007 visites
%d blogueurs aiment cette page :