Kodak Classic Smile, l’instantané

Pourquoi un appareil instantané dans mes appareils ?

Je vais reprendre une anecdote que j’ai déjà citée : un jour, nous étions en île Maurice et voyant un couple cuire des samoussa, nous leur avions demandé si nous pouvions les prendre en photo.

Non seulement ils ont accepté mais ils ont invité mon épouse à essayer de les cuire elle-même.

Nous voulions les remercier et nous avons pensé qu’une photo souvenir leur ferait plaisir.

De fait, nous avons passé une bonne demi-journée à trouver une borne pour pouvoir effectuer la démarche et développer les quelques photos que nous leur destinions.

Dès lors, il m’a semblé utile de toujours avoir avec nous un appareil instantané.

Là, ça se complique car si l’offre de Fuji est pléthorique, malheureusement, la taille des photos, si elle ravi les plus jeunes, me semble bien trop petite.

Il y a bien les Square et les Wide, mais ils font respectivement 6,2×6,2 et 9,5×6,09, tandis que le Kodak fait 10,08 x 8,9 cm, sur papier Zink.

Je pourrai aussi utiliser un bon vieux pola, mais les films sont trop chers et la qualité moindre que la technologie Zink.

L’avantage de cet appareil, comme les Fuji d’ailleurs, est qu’il possède une carte mémoire, qui permet de retirer les photos si besoin, voir de les retravailler un peu. Ne nous attendons pas à pouvoir les tirer en grand format, la qualité ne suivra pas mais elle reste acceptable aux mêmes dimensions que celle prévue pour la photo originale.

Attention, chaque photo faite est imprimée : il faut y penser avant de déclencher pour réduire les coûts.

Petit avantage du Kodak Classic Smile : vous pouvez l’utiliser comme imprimante à partir d’un téléphone, via une application dédiée.

Les photos donnent un effet un peu vintage mais elles sont précises et bien détaillées. C’est un peu le trait de caractère du papier Zink.

Au chapitre des regrets, on ne peut pas voir la photo avant de l’imprimer et on n’a aucun contrôle sur les réglages. Soyons de bon compte, avec un Polaroïd non plus et ça n’a jamais empêché personne de faire de bonnes photos. Il faut parfois savoir lâcher prise !

Bref, si l’appareil n’est pas parfait, il rempli le job et c’est ce que nous lui demandons.

4 commentaires sur “Kodak Classic Smile, l’instantané

  1. Bonjour,
    Je ne connaissais pas cet appareil et mon premier réflexe fut de penser qu’en fait c’était une imprimante portable. J’ai bien compris qu’il ne s’agissait pas d’une technologie jet d’encre mais quand je cherche des appareils à vendre, je trouve que c’est un appareil photo numérique 16 Mpx 🤨 Horresco Referens ! Plus sérieusement, cela corrobore le fait que la photo soit enregistrée sur carte SD.
    J’avoue que la qualité a l’air sympa mais ça fait tout de même un bel investissement pour faire des photos in peu moins chères qu’un Polaroid 🤭
    Il reste la question ultime : s’agit-il d’un appareil analogique ? Pour moi, non mais cela reste un moyen intéressant de faire de la photo instantanée. Merci pour cette découverte !

    • C’est vrai que si tu achètes un Pola ancien, on peut s’en tirer pour pas cher. De mémoire, j’ai acheté le Kodak Smile Classic 75€ (la moitié d’un “nouveau” Polaroid) et les papiers tournent autour des 30€ pour … 50 feuilles. Et pour tenter de répondre à ta légitime question, non, dès le moment où il y a un capteur et une carte SD, c’est du numérique qui sort de l’analogique (quoique même là, la question se pose avec ces encres … sans encre (Zink = zéro ink)). Fuji nous fait la même chose avec un de ses modèles (le 300 ?). Pour un minimum de confort, le format square est limite, je préfère le wide, qui est le plus proche de celui des … Polaroid (qui est en procès avec Fuji pour le square pour la même raison d’ailleurs).
      Bouh, que ces gens sont compliqués : nous ont leur demande de nous fabriquer un appareil instantané simple d’utilisation (comme l’était les Pola), qui nous sorte des images bien lisibles (format décent) et – pourquoi pas – que l’on peut garder sur une carte mémoire si on veut dupliquer l’image autrement, et tout ça à un prix décent, qui leur permettra d’en vendre beaucoup parce que les jeunes et moins jeunes ont envie de retrouver cette gentille insouciance de l’image instantanée.
      Qui fera le premier pas ?

  2. C’est dommage qu’il n’existe plus de film pour ces engins, j’en ai un plus tardif, un Subito EK-260 EF qui est le seul appareil que je n’utilise pas.
    En revanche, c’est vrai qu’il est encombrant et très lourd ! Je ne suis pas sûr qu’il était plus agréable à utiliser qu’un Polaroid …

    • Après la déculottée du procès contre Polaroid, Kodak a fait profil bas un (long) moment. Et ils avaient l’obligation de détruire toutes les pellicules et appareils susceptibles d’encore produire des images instantanées. Ceci explique pourquoi il n’existe plus que des appareils inutilisables. J’avoue que ce sont les seuls que je n’achète jamais, j’ai assez de presse-livres de luxe à la maison ;-).
      J’en ai parlé dans l’article : https://latelierdejp.org/2022/04/26/le-kodak-ek-100-instant-camera/.
      Reste les Polaroid et leurs avatars modernes … Bien amicalement.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal
%d blogueurs aiment cette page :