Aller au contenu principal

Le Fujica Half

Ah, vous dire le bonheur de retourner sur des brocantes !

Depuis le 08 mai 21, elles peuvent de nouveau être ouvertes au public, pour autant que ce soient des professionnels qui vendent (pourquoi ? Monsieur et Madame tout le monde sont plus contagieux ? … décidément les décisions de nos sinistres ministrables sont bien obscures !)

Et donc, nous avons pu humer le pavé frais et pluvieux de ce dimanche 23 mai.

Il n’y avait pas beaucoup de vendeurs mais la foule était bien présente, preuve que ce passe-temps était bien attendu.

Armé, discrètement, de mon Lomo, j’en ai profité pour faire quelques essais.

Puis, au détour de deux échoppes, j’ai trouvé de quoi occuper nos longues soirées pluvieuses : un Mikon MV-35 tout neuf, dans sa boîte et celui qui nous occupe, le Fujica Half.

Précisons d’emblée qu’un appareil demi ou half (in english) est un appareil dit « demi-format », c-à-d. que le format de la photo sera la moitié d’un format normal en 24×36, avec la conséquence immédiate que vous ferez deux fois plus de photos avec le même film. Soit 72 vues avec un 36 pauses classiques.

Le format utile était donc de 18x24mm, soit en horizontal ou en vertical (il faut y penser lorsque l’on tient l’appareil en main).

Bref, à l’époque où ces appareils sont sorti, vous pouviez faire vos vacances avec moins de films dans la besace … mais pour les « petits photographes », il fallait terminer le film … et 72 vues, c’est (parfois) long !

Le Fujica ne fut pas seul, citons en vrac les Canon demi (dont le fameux demi EE17 avec un objectif ouvrant à f1,7), Canon Dial 35, Olympus Pen EE-2, Olympus Pen EE-3, Olympus Pen F (un reflex celui-là), Olympus Pen FT, Olympus Pen FV, Yashica Half 17 Rapid (ici aussi un objectif de f1,7), Braun Paxette 28 BC, Penti II.

J’en oublie sans doute, mais ils sont sortis aux alentours des années soixante.

Pas vraiment par hasard car nous pourrions dire qu’il s’agit d’un âge d’or de la photographie argentique, celui de la photographie familiale, abordable au plus grand nombre bien que le film couleur fut encore assez cher, en tout cas par rapport au N/B, le grand standard. C’est ce qui a décidé quelques fabricants de passer au demi-format, qui permettait plus de photos sur un même film, avec la garantie d’un très bon rendu même en impression standard (10×13 ou 10×15).

Le prix du film couleur diminuera progressivement, son utilisation augmentant régulièrement. Vers la fin des années soixante, les appareils « plein format » reprenait la main et les demi disparaissaient du paysage.

S’ils ont connu une vie relativement courte (plus ou moins 10 ans), ces appareils ont été très bien vendus, leur facilité d’utilisation et leur compacité ayant régalé de très nombreux utilisateurs. Ils ne sont donc pas rares et leur prix devrait rester raisonnable, d’autant que leur cellule, souvent au sélénium, n’a pas toujours su traverser le temps. Ça ne les rend pas inutilisables mais vous perdez un de leur attrait. Tenez en compte en cas d’achat.

Bref, au moment où Canon se lance sur le marché des demi-formats (1963) pour concurrencer l’Olympus Pen, qui fait un carton, Fuji en fait de même. D’ailleurs, en y regardant bien, le Canon Demi et le Fuji Half se ressemblent esthétiquement

Bien sûr, ils proposent des caractéristiques techniques et une utilisation très proches (pourquoi réinventer la roue ?).

Enfin, sachez qu’en 1964, Fujica a lancé un modèle avec moteur, ou plutôt avec un gros ressort à remonter, qui servait de moteur, le Fujica Drive

Bien qu’il soit de petite taille, l’appareil est « dense », on le sent bien en mains.

Ce qui frappe, c’est sa compacité, accentuée encore par un objectif que je qualifierais de « pancake » tellement il est « court ». Celui-là, vous le mettrez dans un (petit) sac sans problème, voire même une poche (solide quand même).

C’est du costaud. Sur l’exemplaire que j’ai trouvé sur la brocante, outre la poussière habituelle dont j’ai dû le débarrasser, je n’ai à déplorer que la fêlure de la vitre qui couvre le viseur, mais sans occasionner la moindre gêne (sauf esthétique pour les plus tatillons).

Revenons un instant sur l’objectif, un Fujinon 28mm ouvrant de f2,8 à f22 en 5 éléments. La distance de mise au point minimale est de 60cm jusque l’infini. Vous réglez la distance sur l’objectif mais il faut savoir que c’est une focale qui pardonne beaucoup les mises au point approximatives et donne, généralement, d’excellents résultats.

Le viseur est confortable, même s’il ne propose pas de correction de la parallaxe lors du réglage de la distance mais il propose de voir la vitesse d’obturation retenue lorsque vous êtes en automatique, sur une échelle à gauche du viseur (pour autant que la cellule fonctionne toujours, ce qui est le cas pour mon exemplaire). Son cadre, bien délimité, permet de viser très correctement le sujet.

source : https://www.mikeeckman.com/2018/05/fujica-drive-1964/

Etant donné la faible vitesse des films couleur de l’époque, la cellule en dépasse pas les 200 Asa et les vitesses vont du 1/30, 1/60, 1/125 et 1/300sec, largement suffisant pour la plupart des prises de vue. C’est avec un petit sélecteur à l’arrière de l’appareil que vous réglez la sensibilité de la cellule.

Soit vous utilisez l’appareil en tout automatique, soit vous optez pour les réglages manuels. En tout automatique, le posemètre fixe la combinaison ouverture / vitesse et l’affiche dans le viseur. En mode manuel, les deux paramètres peuvent être fixés indépendamment.

La cellule est un luxmètre au sélénium, qui repose sur la réaction chimique (photovoltaïque) que l’élément sélénium a avec la lumière. Puisque le compteur Selenium produit sa propre charge électrique, il n’y a pas besoin de batterie ! Malheureusement, ces compteurs ont généralement près de 60 ans, et à cet âge, le câblage se corrode, l’électro-aimant qui lit le courant du compteur s’use, etc. A vérifier donc au moment de l’achat. Sachez que les appareils tenus dans le noir (un petit sac ?) et dans de bonnes conditions ont plus de chance de garder une cellule en état. Gardez cela en mémoire et protégez le vôtre dans une pochette.

Vous aurez découvert le compteur de vue, sous la semelle (mais bon, avec 72 vues, on ne le regarde pas souvent, … sauf si on trouve le temps long !).

Le déclencheur est un peu ferme, même s’il est relativement peu bruyant. attention au flou de bougé en vitesse lente.

L’ouverture du dos se fait avec le verrou sur la tranche. Les mousses sont à vérifier (normal à cet âge là).

En résumé, malgré sa petite taille, le Fujica Half regorge de nombreuses fonctionnalités, notamment l’exposition automatique à priorité ouverture, avec commande manuelle complète et un excellent objectif Fujinon f/2.8 à 5 éléments

Un autre attrait de ces petits appareils est de vous permettre de raconter une histoire différemment. En effet, en combinant deux prises de vue sur la même surface de pellicule, vous pouvez montrer deux aspects différents ou complémentaires de votre vision. C’est un exercice de style qui rend aussi ce type d’appareil intéressant. Je vous invite à aller voir ICI pour comprendre mon propos.

Quelques données techniques :

  • Obturateur Seikosha-L 1/30-1/300 + B
  • Objectif Fujinon 28 mm f/2,8, 5 éléments, enduit, filetage de filtre 22,5 mm
  • Zone Focus, avec une mise au point rapprochée à 0,6 m
  • Ouverture : f/2.8 – f/22 arrêts de clic complets
  • Mode Auto qui sélectionne un combo ouverture et obturateur couplés. (Contrôle manuel complet de l’ouverture et de l’obturateur possible.)
  • Levier d’armement rapide.
  • Synchro flash X avec sabot mais sans contact central.
  • Taille de l’image ‘Half-Frame’ 12x18mm, 72 images d’un film standard 135/36.

Une video de présentation

Des exemples de photos prises avec cet appareil à voir LA

Pour le mode d’emploi, c’est par ICI

Quelques références : https://ohnowhatdidisay.wordpress.com/2013/10/21/fujica-half-the-snapshot-ace/, https://thegashaus.com/2018/05/12/fujica-half/, https://www.halfframeclub.com/fujicahalf.html, https://lensebender.org/2016/02/01/fujica/, https://www.filmshooterscollective.com/analog-film-photography-blog/fujica-half-review-3-5, en anglais, http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-5849-Fujica_Half.html en français

Tiens, et si vous deviez réparer le vôtre, une petite vidéo utile

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 41 613 visites
%d blogueurs aiment cette page :