Aller au contenu principal

Zorki 6

Même si certains auteurs ne l’aiment pas, voilà pourtant un Zorki sympathique.

Le Zorki 6 est, comme toujours, tout en métal, solide, pas vraiment gracieux mais plus équilibré, dans son ensemble, que le Fed 4b que je vous présentais il y a peu. Il fut produit de 1959 à 1966, belle longévité !

Il a une forme relativement contenue même, comparé au Fed 3, il est plus petit, je dirais « plus condensé ».

Vous remarquerez aussi sa large base télémétrique (la distance entre la fenêtre de visée et celle du télémètre) qui facilitera l’utilisation d’objectifs réputés difficiles (grande ouverture d’un Jupiter 3 50mm f1,5 p. ex., ou grande focale comme le Jupiter 12 35mm f2,8) parce qu’elle apporte une plus grande précision.

Au niveau design, même s’il est loin de gagner un premier prix, il faut quand même remarquer l’intégration du levier d’armement dans le capot et son accès facile, avec le déclencheur dans le prolongement.

Et – surtout – ici plus de clés sous la semelle pour séparer le dos du corps de l’appareil mais un dos monté sur charnières avec un vrai verrou sur le côté gauche. Petite remarque néanmoins, s’il faut lever la petite tirette du verrou pour ouvrir la porte, lorsque vous le refermez, il faut ré appuyer sur cette tirette pour fermer ce verrou.

Un grand progrès !

Ensuite, si vous regardez bien les photos, au dessus du verrou et sous le bouton de rembobinage, vous apercevrez une petite languette : c’est le correcteur dioptrique, toujours bien là et efficace.

Pour le reste, du grand classique, bien éprouvé – quoique avec des nouveautés – et efficace :

  • monture LTM 39 pour un large parc d’optiques (l’appareil est calibré pour un 50mm comme d’habitude), il n’y a pas de cadres collimatés pour d’autres focales et il faudra utiliser un viseur séparé
  • rideau en caoutchouc rendant un bruit finalement très discret
  • obturateur à plan focal horizontal
  • vitesses de 1/30, 1/60, 1/125, 1/250 et 1/500s plus pause B
  • viseur clair et bien contrasté
  • doubles prises pour la synchro flash
  • autre grande avancée, vous pouvez enfin changer les vitesses sans tenir compte que l’appareil soit armé ou pas (contrairement aux autres appareils russes)

Attention toutefois à ce petit bouton, près du sélecteur des vitesses : il sert lorsque vous avez terminé le film et que vous voulez le rembobiner. Un appuis dessus par inadvertance et vous ne pourrez pas prendre la photo mais en plus le prochain armement vous entrainera une vue et demie plus loin. A ne pas utiliser pour faire des doubles expositions comme nous pourrions être tenté de le faire !

En résumé, si vous en trouvez un en bon état (et ils sont nombreux dans ce cas), faites vous plaisir si vous voulez découvrir le monde du télémétrique à coût contenu, ce qui vous permettra d’investir dans une belle optique.

Sans aller jusqu’aux excès de prix des optiques Leica, en 50mm – qui est son optique de base préférée – un bon Jupiter 3 fera très bien l’affaire, voire même un Jupiter 8.

Bonne découverte.

Une petite vidéo d’illustration

Pour le mode d’emploi, c’est par ICI

Et toujours quelques références utiles : https://camerapedia.fandom.com/wiki/Zorki-6, http://sovietcams.com/index.php?1810920220, http://www.blog.bkspicture.com/review_Zorki_6.html en anglais, http://35mm-compact.com/anciens/zorki6.htm, http://www.collection-appareils.fr/avoscrayons/html/Boitiers_russes.php en français

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 40 436 visites
%d blogueurs aiment cette page :