Aller au contenu principal

Le Praktica BX 20

Voici sans doute l’avant dernier Praktica que je vais vous présenter dans « mon club » des appareils à 50€ maximum avec un objectif 50mm (au moins).

Parce que je vais essayer encore quelques temps de chercher dans d’autres marques des reflex qui seront dans les mêmes conditions d’utilisation et de prix.

Alors revenons à ce Praktica BX-20. Cet appareil fut un des derniers fabriqué dans la future ex-RDA par Pentacon : sorti en 1987, il sera construit jusqu’en 1990, avec un design plus proche de ce qui se faisait du côté occidental.

La lignée en fait de cet appareil précisément commença en décembre 1987 avec le BX 20, le BX 10DX, le BX 21 et enfin le BX 20S pour se terminer en décembre 1990. Quoique la marque eut un sursaut de 1991 à 2001 où elle produisit encore des BX 20S et des BX 20D

Depuis la quatrième génération des Praktica, inaugurée en 1978 par le B200, une innovation tend à plus de modernité dans la marque, jusque là restée très (trop) classique.

Cette innovation, c’est l’introduction d’une baïonnette pour l’accouplement des objectifs.

Et sur cette lancée de modernisation, le design change, rendant les appareils plus compacts et légers. Le plastique fait son entrée, ainsi qu’un brin d’ergonomie (petite bosse à l’avant pour favoriser la tenue du boitier). Enfin, un nouvel obturateur fait aussi son apparition dans cette nouvelle gamme.

Petite remarque en passant sur l’utilisation des plastiques dans les appareils Praktica : si les premiers étaient tout en métal, petit à petit le plastique fait son apparition, mais bien camouflé. C’est en démontant un MTL 5B que je me suis aperçu que la semelle était en plastique, bien épais, argenté, mais plastique !

Je reviens un instant sur cette fameuse baïonnette : elle a contraint la marque à fabriquer des lignes spéciales pour les clients de la RDA et du reste du bloc de l’Est car elle rendait plus coûteux les objectifs nouveaux par rapport aux anciens à viser en M42. Elle dû aussi adapter ses lignes pour certains marchés d’exportation comme la France, la Hollande et l’Angleterre. Finalement, l’introduction d’une baïonnette « propriétaire » a eu comme conséquence de réduire le développement du système, les clients rechignant à acheter de nouveaux objectifs, eux qui avaient déjà un parc optique en monture à viser M42.

Pour essayer de contourner le problème, une bague de conversion autorisait finalement de monter les objectifs en monture M42 sur les nouveaux appareils. Et cette bague de conversion permettait de garder l’automatisme à priorité ouverture.

Le seul changement dû à cette bague était que la visée ne se faisait plus à pleine ouverture mais bien à l’ouverture sélectionnée sur l’objectif et il n’était plus possible de lire dans le viseur le diaphragme sélectionné.

Ceci étant, cet appareil était un automatique à priorité ouverture, débrayable en mode semi-auto ou tout manuel. La vitesse et le diaphragme sélectionnées sont visibles dans le viseur grâce à un renvoi optique qui permet de lire directement la valeur sur la bague de l’objectif. C’est la petite fenêtre sur le devant du prisme, sous la marque.

Il embarque une cellule au silicium, permet la mémorisation de l’exposition et possède un retardateur de +/_ 10 secondes. Vous pouvez même corriger l’exposition (-2 à +2).

1.Filet pour viser un filtre 2. Clé de déverrouillage de l’objectif 3. Déclenchement du retardateur 4. Levier d’armement du retardateur / levier d’arrêt (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) pour le contrôle de la profondeur de champ 5. Compteur de vues 6. Levier d’armement 7. Réglage de l’ouverture de la fenêtre réfléchissante dans le viseur 8. Manivelle de rembobinage 9. Bouton de rembobinage 10. Cadran de vitesse du film 11. Clé de déverrouillage de la molette de sélection du film 12. Bouton de vérification de la mémoire et de la batterie 13. Bague de réglage de l’ouverture 14. Bague de mise au point 15. Échelle de profondeur de champ et indice infrarouge 16. Repère de positionnement de l’objectif 17. Œillet pour la courroie de transport 18. Déclenchement du rembobinage 19. Index pour le mode automatique 20. Verrouillage du déclencheur 21. Molette de réglage de la vitesse d’obturation pour les vitesses « auto » et fixes 22. Déclencheur avec prise pour câble de déclenchement
23. Griffe flash avec contact central 24. Contact central 25. Point de couplage pour unité de flash informatisée 26. Indicateur de compensation d’exposition avec index 27. Dos de l’appareil photo 28. Bobine de film 29. Pignon de film 30. Lames d’obturateur 31. Compartiment de la cartouche de film 32. Oculaire avec porte-accessoires

33. Porte-mémo 34. Couvercle du compartiment des piles 35. Prise pour trépied 36. Guide pour positionner le moteur 37. Accouplement pour le moteur 38. Crochet pour le moteur 39. Contacts pour le moteur 40. Marque (pour l’insertion du couvercle du compartiment des piles

La mesure est dite « TTL » (c.-à-d. faite à travers l’objectif). La cellule est sensible pour des valeurs de 12 à 3200 ASA, que vous réglez manuellement.

L’obturateur, nouveau donc par rapport aux anciens Praktica, est toujours à lamelles métalliques horizontales. Il autorise des vitesses de 1s au 1/1000 s plus une pause B, la synchronisation du flash s’effectue au 1/100 s.

Enfin, un moteur a été prévu pour cet appareil et vous avez aussi la possibilité de pouvoir photographier en infra rouge (la photographie infrarouge nécessite une légère correction de la mise au point : il faut faire correspondre la distance déterminée lors de la mise au point avec l’indice infrarouge de l’objectif).

Que demander de plus, il est complet.

Un mot sur le viseur, qui est un pentraprisme (on le sent quand l’appareil n’a pas d’objectif, le poids est sur le haut du boitier). Vous réglez la netteté grâce au stigmomètre (le rond brisé) entouré de microprismes. Sur la droite du viseur, vous trouverez 14 LED rouges pour indiquer la vitesse d’obturation dont la luminosité change avec celle de l’image. Sur la gauche, une LED indique si le flash est prêt, et une autre vous rappelle que la mesure est verrouillée (AEL), une autre encore pour signaler la compensation d’exposition (signe +/_), un signal « armé/non armé » (la petite fenêtre est rouge si non armé)

Les vitesses d’obturation comprises entre 8 s et 40 s sont indiquées par l’allumage permanent de la LED « UNDER », tandis que les vitesses hors de la plage 1/1000 s à 40 s sont indiquées par le clignotement de la LED « OVER » ou « UNDER ». Dans ce cas, l’obturateur est réglé sur 1/1000 s ou 40 s. Si les vitesses d’obturation sont de 1/15 s et plus lentes, l’utilisation d’un trépied ou d’une autre surface stable est recommandée

Notez aussi le stigmomètre avec deux lignes, inclinées : personnellement je trouve ça très pratique car il n’est pas toujours aisé de faire la mise au point sur un sujet vertical ou horizontal avec un stigmomètre classique.

Au niveau alimentation, soit une pile V28PX ou une 4SR44, qui offre normalement 2 ans d’autonomie (grâce notamment au ré-armeur qui en position fermée éteint la cellule).

Ce Praktica BX 20 est donc un appareil complet, idéal pour commercer l’argentique, vraiment.

Tout est-il parfait dans le meilleur des mondes ? Non, ce serait trop beau. L’obturateur est un peu bruyant, un « clong » assez sonore, auquel on s’habitue mais réservé à un concert de hard métal norvégien (en musique de chambre, vous allez voir tous les regards vous fusiller). La petite manette de la couronne de rembobinage est en plastique et elle à tendance à vous lâcher subitement. Notons que ça n’empêche pas de rembobiner ni d’ouvrir le dos de l’appareil.

Si vous tenez compte de ces petits désagréments, sachez qu’ils ne cachent pas les qualités intrinsèques de l’appareil, bien doté, agréable à tenir en main (c’est un boitier vraiment compact) et – hormis la petite manivelle – solide.

Vous le trouverez facilement à 50€, monté de son 50mm. Mon conseil est de l’adopter si vous cherchez un premier boitier.

Je vous parle souvent du triangle d’exposition. Voici une petite vidéo qui explique cela

Oui, je sais, les explications sont avec un reflex numérique, mais ça vous permet de faire les « exercices » sans frais … et sont les mêmes que pour l’argentique.

Une petite video d’illustration

pour bénéficier de sous-titres dans votre langue, aller sur paramètres, cliquez sur « anglais généré automatiquement », puis traduire automatiquement et choisissez parmi celles offertes

Quelques exemples d’image prises avec cet appareil ICI

Pour le mode d’emploi, c’est LA

Des références : http://camera-wiki.org/wiki/Praktica_BX20, https://brettgardnerphotography.blogspot.com/2013/10/praktica-bx20.html, http://www.praktica-collector.de/Praktica_BX-series.html, http://www.praktica-collector.de/235_Praktica_BX20.htm en anglais, https://fr.wikipedia.org/wiki/Praktica, http://www.collection-appareils.fr/x/html/appareil-242-Pentacon_Praktica%20BX20.html, http://www.suaudeau.eu/memo/collection/rfl35/Praktica_BX_20.html en français.

Vos commentaires sont les bienvenus, ils aident à faire avancer nos réflexions.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Traduire/tradurre/traducir/translate/vertalen/übersetzen

Archives du blog

L’Atelier de JP

Passionné de photographie et de peinture

Statistiques du blog

  • 40 436 visites
%d blogueurs aiment cette page :